Bien plus qu’un musée, c’est la mémoire collective d’Ambérieu qui sommeille ici !

0
151
Le musée du cheminot est géré par une équipe exclusivement bénévole qui se consacre à perpétuer la mémoire de l’épopée du chemin de fer à Ambérieu

Lors des dernières Journées Européennes du Patrimoine, le musée du cheminot ouvrait ses portes. L’occasion de (re)découvrir la formidable épopée du chemin de fer qui a marqué à jamais la ville d’Ambérieu-en-Bugey et ses environs. Reportage.

L’histoire de la création du musée commence dans les années 80, lorsque Fernand Piralla, père de l’ancien maire Gilles Piralla, fait valoir ses droits à la retraite. Avec plusieurs collègues. Ils avaient commencé leur carrière au sein des chemins de fer dans les années 50. Ils avaient connu l’époque des derniers trains à vapeur, puis celle de l’électrification des lignes. Avec déjà une sorte de nostalgie par rapport à une époque déjà révolue, chacun récupère alors des “organes” de locomotives à vapeur qu’il conserve chez lui. En 1987 naît l’idée de les rassembler, et un embryon de musée prend forme. Cela se passe alors à la médiathèque d’Ambérieu. En 1992, le musée est né et s’installe dans les anciens locaux de la Coopérative des cheminots, mais seulement au rez de chaussée. Au fil du temps les dons d’objets et de matériels affluent, et aujourd’hui, ce musée s’étend sur 2 étages sur une surface de 1.000 m2. Il retrace l’installation du chemin de fer ambarrois en 1856 avec la création de la gare. Ambérieu ne compte alors que 2.500 habitants répartis dans les hameaux comme celui de Tiret. Mais l’arrivée du chemin de fer va faire exploser la démographie. La population afflue, car à l’époque le PLM (Paris Lyon Méditerranée) va créer de nombreux emplois. En 1930, ce sont très exactement 2.132 personnes qui travaillent à la gare, la cité cheminote compte alors 8.000 habitants. Les familles des employés habitent Ambérieu mais aussi les communes des alentours.
C’était l’âge d’or, une époque aujourd’hui bien révolue. Aujourd’hui, la modernisation et l’automatisation des lignes et des matériels, et surtout le départ de l’activité de triage a considérablement fait chuter les effectifs. La cité cheminote ne doit plus son nom qu’à son passé. C’est avec des objets, matériels divers se rapportant au chemin de fer que le musée du cheminot présente plus de 150 ans de cette belle histoire ferroviaire. Le nombre de pièces exposées est impressionnant et leur nombre exact est même inconnu tant il y en a. Cela va des lampes portatives envoyant des signaux aux pupitres de conduite des locomotives en passant par les casquettes de chefs de gare. Une forge (qui fonctionne) et un atelier de réparation de locomotive à vapeur sont visibles avec aussi la reconstitution d’une salle de repos pour les mécaniciens vapeur, d’une salle à manger, d’un local médical… Pour les plus avertis, un espace non accessible au public, fait partie du musée. Il abrite de précieuses archives avec des documents soigneusement classés, dont des revues comme “La revue générale des chemins de fer”, “Le bulletin PLM” (qui allait devenir “La vie du rail”). À l’heure où toutes les petites gares ne permettent même plus d’acheter de billets, deux guichets en bois, l’un pour les voyageurs, l’autre pour les marchandises rappellent ici ce temps révolu où un agent SNCF délivrait les billets. Le musée du cheminot d’Ambérieu présente un réel intérêt, comme ont pu le constater les visiteurs à l’occasion des dernières Journées du patrimoine. “En France les musées consacrés au chemin de fer se comptent sur les doigts d’une main, et celui d’Ambérieu est le seul existant en Rhône-Alpes”, rappelle le président de l’association de gestion du musée, Gérard Vanstaen. Un musée qui repose uniquement sur la passion de quelques-uns. Ils sont ainsi une douzaine de bénévoles, tous retraités, pour le faire fonctionner, mais comme dans beaucoup d’associations, personne ne se bouscule pour prendre la relève. Dommage, car c’est ici un peu la mémoire collective d’une ville qui se perpétue ici, une ville dont le destin a basculé avec l’arrivée du chemin de fer… GC

Contact : 04-74-38-45-91

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here