L’influenza aviaire de retour en France : les volatiles de nouveau contraints au confinement

0
279

Alors que plusieurs cas de grippe aviaire ont été détectés dans le nord de la France, le ministère de l’agriculture a décidé de repasser le niveau de risque à “modéré”, entraînant des restrictions sur tout le territoire, notamment sur les zones à risque particulier.

L’Ain, et en particulier la Dombes, reste un couloir de migration majeur pour les volatiles et sa situation géographique exceptionnelle lui confère aussi un risque particulier : celui d’être le point de départ éventuel d’une propagation de la grippe aviaire, d’autant qu’une autre spécialité aindinoise est celle de la production de volailles. Or, ces dernières semaines, les cas d’influenza aviaire se sont multipliés dans le Nord de l’Europe, en Belgique et au Luxembourg… pour atteindre en ce début septembre la France. Deux foyers ont été découverts dans des basses-cours ardennaises et un autre dans l’Aisne, entraînant l’abattage des volatiles des élevages.

Les zones les plus sensibles concernées


Dès le premier cas recensé chez un particulier français, le ministère de l’Agriculture a décidé de relever le niveau de risque concernant l’influenza aviaire de “faible” à “modéré”. Ce qui entraîne de premières restrictions, notamment dans les zones à risque particulier qui concernent une bonne partie du département de l’Ain et de notre territoire.
Concrètement, les canards, poules, pintades et autres animaux d’élevage doivent être mis à l’abri. Les chasseurs doivent aussi faire avec des contraintes particulières : interdiction de lâcher du gibier à plumes et d’utiliser des appelants pour le gibier d’eau. Les rassemblements d’oiseaux et les transports sont également limités. Toutes ces mesures préventives visent à éviter la propagation du virus H5N8 par la faune sauvage vers les élevages, comme les éleveurs du Sud Ouest ont pu le vivre l’an passé, avec pour conséquence l’euthanasie de plusieurs centaines de milliers de canards.

C.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here