Hameçonnage : gare à l’arnaque!

0
123

Un mail prétendument de la gendarmerie, un courrier d’Amazon, les tentatives de phishing (ou hameçonnage) se multiplient et leurs auteurs ne manquent pas d’imagination pour tenter leur arnaque.

C’est un mail provenant d’un pseudo-directeur général de la gendarmerie nationale vous mettant en accusation, une convocation en justice, un commissaire divisionnaire qui vous informe de poursuites entamées à votre encontre pour des faits de pédopornographie : c’est en substance le contenu de mails reçus ces derniers temps par des particuliers et des professionnels. Se faisant passer pour une haute instance de la sécurité nationale, l’auteur invite à cliquer sur un mail au plus vite. Il s’agit de tentatives d’hameçonnage frauduleuses, visant le plus souvent à soutirer de l’argent. À l’image des faits précédents provenant de la CAF, de l’URSSAF, du Trésor Public, de banques, la Poste voire d’autres groupes privés, les auteurs utilisent des adresses mail sans lien avec le service précité pour le retour de réponse, ni même pour le mail d’envoi. Par exemple, tout mail émanant d’un gendarme se termine par gendarmerie.interieur.gouv.fr
En cas de réception de messages de ce type, il est conseillé de ne pas répondre à ce genre d’envoi, de bloquer l’expéditeur et de le signaler sur https://www.internet-signalement.gouv.fr ou https://www.signal-spam.fr Des investigations d’envergure internationale sont actuellement menées par les cybergendarmes. Le directeur général de la gendarmerie nationale a déposé plainte pour usurpation d’identité.
Mais les mails ne sont pas les seuls moyens utilisés. D’autres se servent des SMS, ou encore de la voie postale pour tenter d’attirer les victimes dans leurs filets. Des courriers aux couleurs d’Amazon promettent par exemple de vous faire bénéficier d’une carte cadeau de 30 euros, dans un français approximatif. Là encore, l’adresse mail de réponse est sans lien avec l’auteur présumé. Là encore, le mieux reste de ne pas répondre… Et dans tous les cas, qu’il s’agisse de courrier, de mail, voire de sms, si vous êtes allés jusqu’à communiquer des coordonnées bancaires, il faut alerter votre agence bancaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here