Gilles Sibelle, le président de la Gaule du Cottey, est amer

0
164

Gilles Sibelle, président de la Gaule du Cottey, tire un bilan de la saison de pêche en demi-teinte : météo pluvieuse, contraintes du covid et trop d’interdictions…

Vous constatez une baisse du nombre de vente de cartes à l’année. Qu’est ce qui explique cette diminution ?
Quand on a ouvert en février, il était difficile de se projeter, on ne savait rien des éventuelles restrictions. Les gens ont donc hésité à acheter des cartes à l’année. Heureusement, on a récupéré les plans d’eaux à Niévroz : lac des Brotteaux et Cottey en direction du Rhône, cela compense un peu.

Quel est l’état d’esprit des pêcheurs sur le périmètre de la Gaule du Cottey ?
Il y a eu de belles prises : carpes et brochets. Certains pratiquent le “no kill”, d’autres emportent le poisson, mais c’est limité à 2 kg de friture et une seule carpe, de moins de 4 kg. Pour la même raison, la pêche en rivière est ouverte uniquement le week-end et les jours fériés pour sauvegarder la population de truites. Pour la pêche, lac ou rivière, on n’autorise pas plus de deux cannes par personne.

L’accès direct au lac a été fermé. Quelles conséquences cela a-t-il eu sur la fréquentation ?
Le fait d’avoir fermé l’accès au lac n’enlève en aucun cas des incivilités qui se passent la nuit. Mais cela empêche les pêcheurs âgés de venir : en effet le matériel est lourd et cela leur fait de longues distances en allées et venues et, de la même façon, on a perdu à cause de cela la vente de cartes à la journée. À d’autres endroits, les gens se garent au plus près des rives. Par contre, cela a diminué le vol de poissons : les gens qui ne respectaient pas la limitation et qui remplissaient le coffre de leur voiture.

Qu’en est-il des abords ?
La municipalité entretient très bien les abords : ramassage des poubelles, tonte. On attend des tables de pique-nique en métal. Mais on a des habitués et on veut que ça reste un peu sauvage, pour qu’il n’y ait pas plus de monde

Les barbecues ont également été interdits par la commune…
On aurait vraiment aimé être consultés. En effet, les incivilités ne se produisent pas la journée mais la nuit. Cette interdiction des barbecues pénalise les familles qui vivent en immeuble et pour qui venir au lac est un bol d’air : que chaque famille apporte son barbecue et l’emporte le soir ne nous a jamais dérangés. Ce sont des gens tranquilles qui profitent du moment. Il fallait une juste mesure. OK pour interdire des feux au sol, mais de toute façon, comme je le répète, les incivilités, c’est le soir et les interdictions ne servent à rien et ils font régulièrement sauter les cadenas du petit portail pour passer en voiture et aller se garer tout au fond.

Quelle serait la solution de votre point de vue ?
Que les gendarmes viennent régulièrement le soir pour verbaliser. S’ils sont souvent harcelés, soir après soir, les voyous iront ailleurs ! C’est cela qu’il faut faire !

Vous êtes amer et un peu en colère…
Oui, en effet : pour une poignée d’individus malintentionnés qui de toute façon viennent le soir et la nuit, on empêche familles et pêcheurs de bien profiter du lieu et de se détendre. L’ambiance est morose, on aimerait arriver à négocier avec la mairie, par exemple, que pour chaque table installée, il y ait des barbecues fixes. Les gens pourraient apporter leurs grilles. On a proposé cela à la mairie et on attend la réponse. Il faut préserver le côté convivial et amical du lac Neyton.
Il faut pour tout une juste mesure et ne pas pénaliser des gens qui ne cherchent qu’à se détendre en pleine nature. Je ne peux qu’espérer que les négociations aboutiront et qu’on aura des jours meilleurs en 2022.

R.P.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here