Investissements : l’ouverture du lycée de Meximieux annoncée pour “2026 dans le meilleur des cas”

0
984
La gare routière du lycée de la Côtière, à La Boisse, est flambant neuve

Chacun dans leur domaine de compétence, le Conseil départemental et la Région ont annoncé les investissements à venir dans les établissements scolaires.
Cependant, au détour du dossier de presse de la Région, une surprise attend Meximieux. La construction du lycée est bien programmée, pour 35 millions d’euros, mais désormais, “la rentrée pour les élèves de seconde est prévue pour 2026 dans le meilleur des cas” est-il précisé. Déjà, son ouverture avait été retardée à 2024 en raison des contraintes liées à la crise sanitaire, nous avait indiqué le conseiller régional Alexandre Nanchi en mars dernier. Nous avons cherché à avoir des explications auprès de la Région quant à ce nouveau report, alors que les effectifs explosent dans les établissements voisins. Jointe brièvement par téléphone, la première vice-présidente de la Région, Stéphanie Pernod-Beaudon, nous indiquait qu’à sa connaissance, le lycée de Meximieux était bien programmé en 2026, soit après la restructuration de l’établissement d’Ambérieu et la réalisation de celui du Pays de Gex. Tout en ajoutant qu’elle allait se renseigner pour plus de précisions. Contacté, Jean-Luc Ramel, le maire de Meximieux, se montre surpris de ce report : “Vous me l’apprenez. Ce serait une bien mauvaise nouvelle.” Et de confirmer que les terrains ont été acquis par la commune de Meximieux depuis trois ans et donnés à la Région il y a deux ans. Il se montre d’autant plus étonné qu’au printemps dernier, il participait au jury pour choisir le cabinet d’architectes, “trois équipes ont été retenues pour rendre leur copie d’ici la fin de cette année.” 35 millions, c’est aussi le montant alloué à la restructuration du lycée de la Plaine de l’Ain, qui a, elle, déjà débutée, pour atteindre un effectif de 2.000 élèves. Quant à l’extension du lycée de la Côtière à La Boisse, avec la création d’une section d’enseignement professionnel, elle est chiffrée à 11.250.000 euros. Concernant l’échéance, nous avons également demandé des précisions, sans retour. Des préfabriqués ont été installés pour accueillir tous les élèves dans des conditions correctes cette année. La communauté de communes de la Côtière à Montluel a de son côté réalisé les travaux d’agrandissement de la gare routière, pour permettre de séparer les flux de véhicules particuliers et les cars.
Pour cette rentrée, le président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, a surtout axé sa communication sur le déploiement des purificateurs d’air dans les lycées et les établissements qui sont de sa compétence. Ceux-ci permettent de renforcer l’aération, notamment dans les restaurants scolaires où les interactions sont nombreuses. La plupart des établissements de notre secteur sont désormais équipés : le lycée de la Côtière à La Boisse, le lycée professionnel d’Ambérieu, l’institution Saint-Joseph à Miribel ainsi que les MFR de la Saulsaie et la Dombes à Montluel et le centre de formation de Saint-Sorlin. Au sujet des détecteurs de CO2, “nous n’en sommes qu’au début” indique simplement le service de presse. Une première vague d’équipement avait eu lieu au printemps dernier dans les écoles notamment, la Région subventionnant très largement les mairies candidates à l’installation.
Dans les collèges pas de purificateurs d’air ni de détecteur de CO2 au menu. Le département est à l’œuvre, avec des travaux en cours, notamment la première tranche du désamiantage et l’aménagement de salles de classes à Marcel Aymé Dagneux, pour un coût de 960.000 euros. À l’Albarine de Saint-Rambert-en-Bugey, la rénovation thermique se traduit notamment par la réfection du chauffage. Pour un coût de 720.000 euros, l’opération devrait s’achever au début de l’année 2022. À Beynost, des travaux de désimperméabilisation de la cour ont débuté, avec l’implantation de massifs, de bancs, suivront les arbres à l‘automne ainsi que l’installation d’une régulation de la chaufferie. À Montluel, ce sont des volets roulants électriques qui sont installés tandis que la clôture est réparée. Enfin, Ambérieu a été équipé de vidéoprojecteurs.

Des études de “programmation” pour les collèges de Miribel et Ambérieu

Quant aux réhabilitations, particulièrement attendues à Miribel et Ambérieu, pour l’heure, il n’existe pas réellement d’échéance. Des études de programmation seront lancées respectivement fin 2021 et en 2022. Celles-ci permettront de définir les besoins, les aménagements nécessaires, la faisabilité… Pour information, les études de projet sont terminées à Villars-les-Dombes, et la fin des travaux est “souhaitée fin 2025.” Le Département doit établir un nouveau plan pour ses collèges allant de 2024 à 2028. Gageons que Miribel et Ambérieu feront partie des réalisations d’ici là.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here