Les footballeurs encore interdits de stade

0
166
Lorsqu’il a voulu s’entraîner, le FC Montluel a de nouveau trouvé porte close

Après deux ans de batailles, le Football Club de Montluel a obtenu du tribunal administratif l’accès au stade municipal que la mairie lui refusait. Problème : le stade est actuellement inutilisable.


Depuis le 15 juillet, le terrain de football de Montluel, route de Jailleux, est interdit au public par arrêté municipal. La raison invoquée : les fortes intempéries du début de l’été l’ont rendu impraticable. Il fallait en réglementer l’accès afin de préserver l’état de la pelouse et procéder à des travaux relatifs à la gestion des eaux pluviales. L’installation sportive, incluant ses vestiaires, est donc fermée depuis ce jour et ce jusqu’au 31 décembre. Un arrêté qui peut être préjudiciable pour les clubs sportifs qui auront fait leur rentrée bien avant la fin de cette période. Pour cela, le FC Côtière Luenaz a anticipé et déjà délocalisé ses entraînements à Niévroz ou Balan pour ses U15 et U18. Du point de vue de sa présidente France Furioli, ce n’est pas un manque trop important.
Il n’en est pas de même pour le FC Montluel, et cet acte est le nouveau chapitre d’une bataille qui dure depuis deux ans entre le club de foot fondé en août 2019 et la mairie pour le droit à l’utilisation du stade. La municipalité, après avoir longtemps argué qu’elle ne pouvait pas partager cet équipement entre le FCCL, “le club historique”, et les nouveaux venus, avait lancé une procédure de mise en concurrence qui a profité au FCCL. Le 17 décembre 2020, le tribunal administratif avait annulé la convention d’occupation exclusive au FCCL. La mairie de Montluel avait alors déclaré son intention de faire appel de ce jugement. Le FCM, d’abord satisfait, affirme depuis avoir tenté de renouer le dialogue avec la municipalité, en vain, avant de se tourner encore vers la justice pour obtenir l’accès au complexe sportif. Et le dernier jugement daté du 19 août 2021 va encore dans le sens de l’association puisqu’il ordonne à la commune de Montluel et son maire de mettre immédiatement le terrain à disposition de l’association requérante tout en suspendant l’arrêté du 15 juillet. En outre, la ville doit verser la somme de 1.500 euros au club au titre des frais exposés par le FCM.
Néanmoins, dans les faits, après ce jugement, le club ne peut toujours pas se servir du terrain et le club en est à nouveau à devoir dénoncer “la réaction du maire à cette décision de justice” : des travaux de décaissement d’herbe devant les cages de football. Le terrain est donc impraticable, ce que le maire justifierait par une opération de lutte contre les moustiques selon nos confrères du Progrès. “C’est avec la plus grande sidération que le FCM constate la réaction d’un élu de la Nation face à une décision de justice”, déclare l’association dans une publication sur Facebook qui “ne baisse pas les bras et continuera à se battre pour que l’intérêt général sorte vainqueur.”
Contacté pour s’exprimer sur le sujet, Romain Daubié n’a pas donné suite à nos sollicitations.

F.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here