Burns dans la zone commerciale : l’arrêté préfectoral prolongé, des aménagements en cours

0
252
Des blocs béton sont venus limiter l’amplitude du rond-point autour duquel des drifts étaient effectués

Le premier arrêté préfectoral interdisant tout rassemblement automobile nocturne sur la zone commerciale et dans les communes avoisinantes a été prolongé jusqu’à fin août. Dans le même temps, des aménagements ont déjà eu lieu, d’autres vont suivre.

Après un début d’été chaotique pour les riverains de la zone commerciale – qu’il s’agisse des clients des hôtels ou des lotissements du sud de Beynost, des dispositions avaient été prises au milieu de l’été afin que cessent les rassemblements automobiles bruyants. Jusqu’à 500 véhicules avaient été comptabilisés sur place, avec dérapages, moteurs qui ronflent et pneus qui crissent devant près de 700 spectateurs. Un arrêté préfectoral a été signé à la mi-juillet pour faire cesser ce qui était devenu une habitude. Depuis le 23 juillet, la gendarmerie a déployé des moyens pour faire respecter cette décision. Après un passage de 200 personnes “en transit” le premier week-end, les vendredis suivant ont été relativement calmes. Quelques personnes se sont bien présentées sur place, mais elles ont été amenées à faire demi-tour dans le calme. L’arrêté signé par la préfète prenait initialement fin le 15 août. Mais celui-ci vient d’être prolongé pour au moins deux semaines.
Dans le même temps, après une réunion en mairie avec les propriétaires des terrains concernés, les forces de sécurité, les services de l’état et les élus, des projets pour une action dans la durée ont été évoqués et pour certains mis en place. Un arrêté municipal vient compléter l’arrêté préfectoral en interdisant le stationnement entre 23h30 et 4h du matin. Des blocs de béton sont venus rétrécir la largeur du rond-point à proximité de Norauto, restreignant ainsi les possibilités de “drift” autour. À terme, l’intersection vers l’hôtel Ibis sera également revue et un dos-d’âne installé sur la rue du Pré Caillat. “Nous referons un point d’ici quelques semaines” assure Caroline Terrier, maire.

C.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here