Inondations : et maintenant, on fait quoi ?

0
131
Les habitants sont venus nombreux pour s’enquérir du bilan des inondations et des mesures envisagées

Après les inondations qui ont frappé le village de Vaux-en-Bugey, l’heure est maintenant au bilan et aux perspectives. C’est pourquoi, la mairie conviait dernièrement les Vauxois à une réunion publique d’informations et d’échanges. Beaucoup d’habitants se sont déplacés pour l’occasion. Des travaux de consolidation des berges sont envisagés et il est rappelé aux habitants possédant des parcelles le long du cours d’eau, qu’il est de leur responsabilité de procéder à l’entretien des berges afin d’éviter qu’elles ne s’encombrent de bois mort.

À cette réunion, participaient notamment Anthony Inna, chef de corps du Centre de Première Intervention (CPI), des membres du syndicat de la Rivière d’Ain Aval et de ses Affluents (SR3A), dont le directeur M. Pelisaro, le sous-directeur M. Pesson et Samuel Monnet technicien, ainsi que M. Hammel représentant les compagnies d’assurances. Françoise Veysset-Rabilloud, maire de la commune, a souhaité profiter de cette rencontre avec la population pour remercier les pompiers et les Vauxois pour leur grande solidarité. Elle a également rappelé la chronologie détaillée des événements, laissant la parole à Anthony Inna, qui lui, est revenu plus particulièrement sur la chronologie des interventions des pompiers, qui sont intervenus jusqu’à 7 heures du matin avec pour objectif principal la mise hors de danger de la population puis la protection des biens. Ils ont été secondés dans leur action par les pompiers de Lagnieu puis par ceux d’Ambérieu-en-Bugey venus en renfort et avec du matériel. Aux habitants étonnés de ne pas avoir entendu la sirène, il a été confirmé que tout cela était normal, puisque la sirène est aujourd’hui remplacée par un signal numérique informant à la fois la municipalité et les pompiers. Pour leur part, les représentants du SR3A ont souhaité rappeler qu’il s’agissait d’un événement très localisé, puisque sur Ambérieu par exemple, on notait seulement 10 mm de pluie au même moment. Les débordements sont liés à des pluies très intenses avec 101 mm en 3h sur l’amont du bassin du Buizin. Le Buizin a quitté son lit à plusieurs endroits, et c’est une situation jamais arrivée jusque-là qui a conduit à la destruction d’une berge et des effondrements de murs. Les facteurs aggravants ont été les bois morts, qui ont contribué à l’obstruction des ponts. Le SR3A a tenu à rappeler également l’obligation pour les propriétaires d’assurer l’entretien régulier des berges. Mais les choses sont compliquées. En amont de Vaux-Fevroux, 160 parcelles correspondent à 70 propriétaires différents dont beaucoup ne sont pas identifiés. Des travaux devraient être entrepris pour la consolidation des berges par le SR3A et un enlèvement par les propriétaires ou la municipalité des bois morts restants qui pourraient empêchent le bon écoulement de la rivière. À noter qu’une demande de reconnaissance de catastrophe naturelle a été demandée par la Maire Françoise Veysset afin que les habitants ayant subi des dégradations puissent être dédommagés par leur compagnie d’assurance. Par ailleurs, les dépôts à la déchetterie pour les personnes ayant été inondées ne seront pas comptabilisés. JL

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here