Après les confinements, les pompiers redoutent un été “enclin aux comportements à risque”

0
139

En 2020, les pompiers ont été confrontés à de nouveaux défis, avec une baisse du nombre d’interventions, mais un contexte sanitaire exceptionnel à prendre en compte. Depuis le printemps 2021, le nombre d’interventions remonte nettement, et laisse craindre un été compliqué.

Comme pour tous, l’année 2020 a été unique à plus d’un titre pour les pompiers, avec une adaptation indispensable à une situation sanitaire inédite. Le nombre d’interventions a diminué plus ou moins nettement selon les centres de secours, allant de -3,7 % dans la Plaine de l’Ain à -12,2 % sur Ambérieu-en-Bugey, la plus forte baisse sur notre territoire. Au niveau départemental, les 4.800 pompiers sont donc intervenus à 42.819 reprises, aux trois quarts du temps pour des secours à personnes. Les incendies représentent 8 % des sorties, les accidents de la circulation 5 %. Depuis février 2020, 3.664 interventions ont été liées au Covid, avec un pic entre le 31 octobre 2020 et le 29 mars 2021. En outre, début 2021, les pompiers ont été engagés pour assurer la campagne de vaccination auprès des personnes dépendantes, avec des centres éphémères ou au domicile, ou dans les centres de vaccination, notamment dans le Pays de Gex. Globalement, la crise sanitaire a engendré une évolution indispensable des pratiques, tant dans le port des équipements de protection que dans la prise en charge des victimes.
Le déclin du nombre d’interventions est inédit dans la période récente sur un département en forte croissance démographique. Il est uniquement dû au contexte sanitaire et reste limité aux mois de confinement. Dès que le relâchement a été possible, les appels sont remontés en flèche, avec un nombre d’interventions qui a explosé en juillet 2020. La dynamique est la même en ce début d’année 2021, avec +23,1 % sur les cinq premiers mois par rapport à l’année précédente. Lors du dernier conseil d’administration, le contrôleur général Deregnaucourt craignait “un été, non pas incontrôlé, mais enclin à un certain relâchement de la part de la population avec des comportements parfois sujets à risques.” Autre chiffre en hausse en ce début d’année : les interventions pour carence ambulancière, avec +11 % sur le mois de mai. C’est-à-dire que les services ambulanciers ne peuvent pas répondre à la demande de son ressort, suppléée par les ambulances du SDIS.
Sur le plan opérationnel, une nouvelle feuille de route sera mise en œuvre en 2022. Celle-ci redéfinit les conditions d’intervention et est actuellement soumise à la concertation. Au niveau des innovations, le Service d’Incendie et de Secours a mis en place des QR Code dans les bâtiments, permettant d’obtenir les plans et informations essentielles rapidement en cas de problème. En 2021, il choisit de se doter de l’intelligence artificielle pour détecter les risques d’arrêt cardiaque dès l’appel au 18, selon l’analyse des mots et des algorithmes. Autre apport de l’informatique : un logiciel partagé permettra de renseigner les points d’eau disponible sur le territoire, alimenté tant par le SDIS que par les mairies, en charge d’assurer l’approvisionnement. Enfin, reste le dossier des nouvelles casernes, sensible sur la Côtière. Si les soldats du feu miribélans bénéficient depuis quelques semaines d’un équipement flambant neuf, ceux de Montluel disposent d’une caserne décrite comme “catastrophique” par le conseiller départemental Jean-Pierre Gaitet lors du dernier conseil d’administration, espérant que le chantier démarre vite. “Il y va de la santé des pompiers et de la population.” Budgétée au global à 2 millions d’euros, la construction devrait démarrer début 2022. Mais, après une longue attente, une autre inconnue pourrait encore ralentir le projet : la hausse du coût des matières premières. Le directeur départemental du SDIS “espère que les entreprises de l’Ain vont se mobiliser et que le bois ne viendra pas de trop loin pour pouvoir mobiliser les subventions de la Région…”
C.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here