Une erreur de dilution oblige 65 vaccinés à revenir

0
220

Une erreur de dilution a réduit l’efficacité des vaccins Pfizer qui ont été administrés au sein centre de vaccination le 25 juin au matin. Un excès de sérum physiologique est à l’origine de cette anomalie qui est la seule parmi plus de 25.000 injections réalisées à Miribel.

Les 65 personnes ayant reçu une dose de vaccin de Pfizer au centre de vaccination, à l’Allégro, le 25 juin au matin sont rappelées depuis la semaine dernière pour effectuer une nouvelle injection. Une erreur de dilution, qui n’aura aucun impact sur la santé des personnes concernées, est à l’origine de ces rappels. En pratique, le vaccin de type Pfizer doit être dilué avec du sérum physiologique avant d’être administré. Or, ce 25 juin au matin, une erreur humaine a conduit à une dilution avec un trop grand volume de sérum physiologique et donc à une réduction de l’efficacité du vaccin. Le flacon concerné par cette manipulation n’a permis de produire que sept doses, il n’y a donc que sept personnes concernées. Cependant, Josiane Bouvier, adjointe au maire et responsable du centre, explique qu’il est impossible de savoir quelles sont précisément ces sept personnes sur les 65 ayant bénéficié d’une injection sur cette matinée. La vigilance du personnel administratif et sa rigueur sont à souligner. “On ne prend aucun risque et on rappelle tout le monde !
Pour les personnes qui avaient bénéficié d’une première injection ce 25 juin au matin, la seconde injection était normalement prévue sept semaines plus tard. Elle sera finalement avancée à trois semaines, comme cela est déjà permis par certaines dispositions. “Ces personnes passeront devant le médecin du centre et un test sera pour vérifier le niveau des anticorps : si celui-ci est suffisamment élevé, cela équivaudra à leur deuxième injection. Et si ce niveau est insuffisant, ce sera leur première injection et on leur redonnera un rendez-vous pour une seconde injection”. Pour ceux qui ont bénéficié d’une seconde injection, la mesure des anticorps ne serait d’aucune utilité puisque la première a déjà stimulé leur production. “Pour ces personnes, on va proposer une troisième injection. Cela n’aura aucun impact sur la santé et on effectue déjà des troisièmes injections, pour les personnes greffées ou immunodéprimées par exemple”. K.P.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here