Téléphonie : l ’antenne de la discorde

0
649
Stéphane Martoglio devant les travaux qui ont démarré

Stéphane Martoglio et un collectif de riverains s’opposent à l’implantation d’une antenne Bouygues au début de la route qui mène de Dagneux à Bressolles, à 200m des habitations les plus proches.

Stéphane Martoglio a découvert en avril un panneau placé au bord de la route qui mène à Bressolles, annonçant l’implantation d’une antenne de téléphonie par Bouygues. Il explique : “Je me suis rendu compte que le permis de construire avait été délivré début mars et que les riverains n’avaient pas été prévenus. Or, cette antenne va défigurer le paysage et ensuite générer des ondes. C’est dangereux”. Il alerte immédiatement les riverains du secteur qui se réunissent en un collectif : lui-même, Nathalie Stevenon, Roseline Marchetti et Mr Geoffray. Ils décident de faire deux recours gracieux pour ne pas que l’antenne soit implantée. L’un auprès de la mairie, le second auprès de l’opérateur, Bouygues.
La mairie les a reçus (voir encadré), mais l’opérateur n’a jamais daigné répondre. Ce que les riverains ne comprennent pas, c’est qu’à 160 mètres de là, il existe une autre antenne pour Orange et Free et qu’il aurait dû être possible de l’implanter à proximité “pour un impact moins dévastateur pour le paysage”. Stéphane Martoglio estime : “Personne n’a pu démontrer scientifiquement que les ondes générées par ce genre d’antenne n’étaient pas nocives pour la santé. Or, avec un collège à proximité et bientôt le cheminement doux Dagneux-Bressolles, ce sont des dizaines de gamins qui vont passer par là”. Ce qui exaspère le plus le Dagnard, “c’est que le délai jusqu’au 1er juillet, n’est pas terminé, mais ils ont déjà commencé les travaux !”
Les membres du collectif se montrent assez résignés sur leurs chances d’aboutir : “C’est le pot de terre contre le pot de fer” […] “Mais il faut plus de transparence de la part des mairies. Les riverains doivent être prévenus à temps quand il y a un projet aussi important. Peut-être qu’en amont, on aurait pu négocier ! Mais je veux que notre problème serve d’exemple à d’autres habitants de la Côtière pour qu’ils puissent s’opposer à temps à ce genre de nuisances !” R.P.

Carine Couturier : “On a demandé à Bouygues de rehausser l’antenne existante, ils ont refusé”

Maire de Dagneux, Carine Couturier explique comment le dossier a été géré par la commune : “Il est vrai que nous n’avons pas prévenu les riverains, mais le projet était affiché en mairie en mars et nous n’avons pas l’obligation d’informer systématiquement les riverains. Nous avons reçu le collectif et leur avons donné les informations. Philippe Guillot Vignot et Emmanuel Chulio ont proposé à l’opérateur plusieurs terrains appartenant à la mairie et ils n’ont pas donné suite. On leur a proposé aussi de rehausser l’antenne existante et ils ont refusé. Ils ont préféré acheter le terrain à un privé, ndlr]et ont implanté leur antenne en respectant les normes de sécurité existantes. On a fait un courrier à Bouygues, qu’on a transmis au collectif des riverains, en leur demandant de respecter le délai de recours, mais sans aucune réponse. Il est impossible pour la mairie d’agir, car nous n’avons aucun moyen d’action. Les riverains peuvent seulement essayer individuellement avec leur assurance. De toute façon, ce genre de conflit sera de plus en récurrent. Comme l’explique Bouygues : Dagneux était en zone blanche et les Dagnards étaient demandeurs. Et les gens veulent de la modernité, mais pas les contraintes qui vont avec !”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here