Le non respect d’un sens interdit suscite le ras le bol des riverains

0
282
La rue de la discorde

En 2018, 400 véhicules empruntaient la route de la Dombes sur la commune de Priay. Aujourd’hui, ils sont au moins le double avec toutes les conséquences que cela engendre. Afin de remédier à cela, des dispositions avaient été prises par l’ancienne mandature, avec notamment le passage en sens unique d’une partie de la rue. Cependant, de nombreux véhicules s’acquittent de cette interdiction, n’hésitant pas, selon certains riverains, à mettre en danger les piétons.

La route de la Dombes est souvent animée, pas forcément dans le bon sens du terme, mais plutôt par le fait que les incivilités routières se multiplient, non-respect des consignes de circulation, accrochages, injures, tout y passe. Mais surtout, les piétons ne peuvent circuler en toute sécurité. C’est compliqué pour les mamans et leur poussette et les jeunes enfants. En 2019, des mesures avaient été souhaitées par l’ancienne municipalité, avec un projet d’aménagement de cette route et la mise en sens unique dans le sens de la descente et le passage obligé par la rue de l’église. Ce projet n’avait cependant pas fait l’unanimité aussi bien au conseil, que lors de la réunion publique, surtout auprès des agriculteurs devant circuler avec leurs engins agricoles. Il a fallu effectuer quelques réajustements, qui ont permis d’obtenir un consensus. Mais aujourd’hui, le problème n’est pourtant pas résolu. Le sens interdit est continuellement bravé par des automobilistes et les riverains se plaignent d’une vitesse de circulation excessive. Les accrochages verbaux seraient même réguliers : “Tous les jours je m’emporte, il y en a au moins une dizaine par jour, qui ne respecte pas le code de la route et les interdits”, nous explique ainsi Robert, “il y a ceux qui empruntent le sens interdit en toute connaissance de cause, et parfois quelques têtes en l’air. Mais la plupart sont bien conscients de leurs actes. Je ne vous parle même pas de la vitesse excessive, si ma fille et mes petits-enfants passent, je crains pour leur sécurité, ce n’est pas faute d’avoir interpellé la municipalité et la gendarmerie, mais rien n’y fait ! Doit-t-on attendre qu’un grave accident survienne pour intervenir ?” questionne-t-il.
“Les voitures qui stationnent sont aussi un danger pour les piétons, lorsque je vais faire mes courses, je suis obligé d’aller sur la route, quand j’ai mon caddy j’ai peur” poursuit Cécile, une jeune maman. Quelles solutions ? Poser des ralentisseurs, voire des coussins Berlinois peut-être ? Robert pense qu’un courrier envoyé aux habitants ou aux automobilistes identifiés, serait déjà un bon début, Francis lui, est pour la répression immédiate : “Qu’on leur mette des amendes, voire que la fourrière intervienne pour ceux qui sont garés là !”
Mais les voitures ne sont pas le seul fléau, les camions n’hésitent pas aussi à descendre parfois à vive allure, “et alors peu importe qui se trouve en face, c’est inadmissible !” termine Francis. Contactée, la municipalité n’a pour l’instant pas souhaité s’exprimer à ce sujet. LM

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here