Feu vert pour la future station d’épuration

0
253
L’actuelle station d’épuration est obsolète. Elle sera détruite après la construction de sa remplaçante.

La préfecture vient de donner son aval pour la construction d’une nouvelle station d’épuration de Beynost et Saint-Maurice-de-Beynost. Elle viendra remplacer l’équipement actuel, obsolète et sous-dimensionné.

Avec la publication de l’arrêté préfectoral autorisant sa construction, le dossier de la nouvelle station d’épuration (STEP) au chemin du Pilon a connu une avancée majeure. Prévue pour 19.000 équivalent-habitants, elle desservira les communes de Beynost et Saint-Maurice-de-Beynost ainsi que la zone Actinove. Un projet chiffré à près de 6,8 millions d’euros hors taxes. L’appel d’offres devrait être lancé cet été pour une mise en service annoncée à la fin de l’année 2023, comme l’a expliqué Christine Perez, vice-présidente de la CCMP déléguée au grand cycle de l’eau, l’intercommunalité étant en charge de cette compétence. Le nouvel équipement devrait être opérationnel jusqu’en 2050. Répondant aux prescriptions réglementaires, des dispositifs seront mis en place pour limiter les nuisances olfactives notamment, les vibrations, ou encore le développement de gîtes à moustiques. Une surveillance permanente sera également mise en œuvre pour vérifier la conformité des rejets.
La phase de chantier sera également particulièrement sensible. Des mesures seront prises pour la protection de l’environnement. Deux piézomètres seront installés pour suivre de près la nappe d’accompagnement du Rhône pendant les opérations.
Outre la STEP, une canalisation pour le rejet des eaux usées traitées dans le canal de Miribel devra être posée et les réseaux de collecte seront réhabilités, soit un programme total de travaux sur dix ans. Certains ont déjà débuté, comme à la cité de la Soie à Saint-Maurice-de-Beynost, ou sont programmés sur 2021. Tandis que d’autres seront réalisés à moyen et long terme, notamment la mise en séparatif du centre-ville de Beynost (2024).
Cette mise en service permettra de supprimer la station actuelle, devenue complètement obsolète. Elle avait d’ailleurs fait l’objet d’une mise en demeure préfectorale en juillet 2017 pour sa non-conformité. Le système et le réseau étant sous-dimensionné et inadapté pour les besoins actuels, les eaux pluviales se retrouvaient mélangées aux eaux usées à traiter, tandis que, dans le même temps, certains rejets d’eaux brutes arrivaient dans le milieu naturel. Une fois l’équipement neuf mis en service, l’ancien sera détruit et le site réhabilité avec un boisement, une haie et une prairie. C.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here