Effondrement place des Tilleuls : les locataires attendent d’être relogés

0
264

Il y a une dizaine de jours, ils ont dû quitter sans rien leur appartement en urgence après l’effondrement d’un pan de leur immeuble. Depuis, certains attendent encore une réaction de leur propriétaire.

Lundi 10 mai à 21h, le soleil se couchait sur une journée particulièrement pluvieuse, les enfants étaient au lit et chacun s’attendait à un lendemain plus radieux. Mais pas pour les habitants de l’immeuble aux 19 et 29 Place des Tilleuls. Une demi-heure plus tard, ils allaient se retrouver sans abri car, entre-temps, un morceau de la façade s’est effondré dans la cour de la propriété derrière l’immeuble, emportant un échafaudage installé pour des travaux sur cette façade et une partie du mur d’un des appartements.
Neuf couples et familles se retrouvent en quelques instants forcés de quitter leur logement. La plupart, beaucoup de jeunes locataires, trouve à loger dans leur famille ou chez des amis pour la nuit. Tous ne peuvent pas compter sur cette solution plus longtemps. Une dame âgée avec des problèmes de santé a dû partir avec seulement son sac à main et son pilulier, et est logée dans le logement SDF du Secours Catholique.
La mairie, qui a réagi dès la première heure, a mis en place une cellule d’accueil le lendemain. On aide les victimes à trouver un toit, on leur fait rencontrer assistante sociale et médecin.


Un arrêté interdit d’occuper l’immeuble


Mercredi l’expert du tribunal administratif est passé et sa décision est attendue. Pour l’heure, un arrêté municipal interdit d’occuper l’immeuble. Un élan de solidarité naît aussi et vendredi était organisée une collecte de dons pour les victimes, qui n’ont quasiment rien pu emporter. Des lits ou des vêtements sont réceptionnés dans le garage sur le parking de l’hôtel de ville.
L’occasion de rencontrer trois couples de locataires qui ne se lâchent plus depuis l’incident. Alexandra Domingues, enceinte de sept mois, et Julien Morlet, sont logés avec leur fils de 10 ans au logement d’urgence de la commune. Leur appartement était situé juste en-dessous de la portion de façade qui s’est détachée. Le père couchait son fils quand cela s’est produit. Le temps d’observer par la fenêtre les dégâts et “le gros nuage de fumée”, il met sa famille à l’abri et appelle les pompiers. Il assistera plus tard à la chute d’un second morceau. Quand on le laissera revenir avec les pompiers deux jours plus tard, on lui déconseillera d’aller dans sa salle de bain “pas sûre.” Néanmoins, comme tous les autres, il n’avait pas forcément vu les choses venir. Certes, il y avait de la vétusté, des problèmes d’humidité, le parquet n’était pas droit partout. “On se doutait que ça bougeait”, déclare le couple Cassandra Louis et David Moussa, mais pas à ce point. Alan Cuti et Audrey Marsal n’étaient pas présents ce soir-là, mais elle qui sortait de l’hôpital ne s’attendait pas non plus à un tel retour. Lors du seul passage autorisé avec les pompiers pour récupérer quelques affaires, ils ont pu constater l’apparition d’une fissure dans leur cuisine. Pour l’instant, ils sont installés aux frais de la ville à l’hôtel de la Gare. Leur propriétaire, dans l’obligation de leur trouver un hébergement, est prête à assumer leur relogement mais “tout le monde attend de savoir où on va.” Si le dialogue avec les propriétaires se passe bien pour certains, d’autres attendent une plus prompte réaction à leur situation.

F.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here