Un pédibus bientôt en phase d’expérimentation au village

0
273
Françoise Da Silva, Tony Davoine et Estelle Janin

À l’initiative de Tony Davoine, élu municipal et parent d’élève sur le RPI, la création d’un pédibus pour se rendre à l’école est à l’étude sur la commune de Bourg-Saint-Christophe. Après une enquête visant à recenser le ressenti et les attentes des familles du RPI, ce mode de déplacement alternatif va tout prochainement être testé, uniquement le matin. En cas d’adhésion des familles de l’école, ce projet pourrait aboutir lors de la prochaine grande rentrée scolaire de septembre.

Dans le cadre de son plan “Modes Doux”, la commune bourtoire a décidé d’accompagner la mise en place d’un pédibus. Cette idée portée par Tony Davoine, nouvellement élu au conseil, faisait partie des promesses de campagne de la liste “Notre Village, Notre Passion”, vainqueur des dernières élections municipales. Depuis déjà plusieurs mois, quand son emploi du temps professionnel le lui permet, Tony Davoine qui réside Les Brosses emmène ses trois enfants et ses deux petites voisines à pied à l’école, soit une distance d’un peu plus d’un kilomètre parcouru en une petite vingtaine de minutes. Son entourage familial et cercle d’amis lyonnais étant adeptes du pédibus depuis quelques années, cet élu bourtoir aimerait “exporter” ce concept au village, un concept qui existe surtout dans les grandes villes.
Basé sur l’entraide et la participation volontaire d’accompagnateurs bénévoles, le futur pédibus bourtoir aura pour but de convoyer les enfants le matin, à pied, vers l’école communale afin de rejoindre leur classe ou de prendre le car scolaire pour Pérouges. Les avantages de ce mode de déplacement alternatif sont multiples. “Cela permettra le décongestionnement de la circulation du parking entre 8h10 et 8h40. Cette démarche solidaire et conviviale est aussi bénéfique pour la santé et c’est un bon moyen de sensibiliser les enfants à l’usage de la route. Leurs corps sont pleinement réveillés quand ils arrivent à l’école et, pendant le trajet, on a le temps de réviser les chansons” confie Tony Davoine. “Pour les automobilistes, cela leur apprend à partager la chaussée avec les piétons. Chacun doit se responsabiliser. Si dix enfants prennent le pédibus, cela peut faire dix voitures de moins sur la route le matin permettant ainsi de réduire les dangers sur la route” ajoute Estelle Janin, adjointe en charge des affaires scolaires.
Les voiries communales sont-elles suffisamment sécurisées pour accueillir le pédibus ? “La mairie a déjà fait beaucoup d’efforts sur une bonne partie du village. Tout n’est pas fait mais il existe aujourd’hui des voies alternatives comme le chemin des Bernardières, une petite route piétonne tout enherbée” répond Françoise Da Silva, première adjointe chargée notamment de la communication.
Durant les dernières vacances de Pâques, un questionnaire en ligne sur la faisabilité du projet a été envoyé à tous les parents d’élèves du RPI. En cours de dépouillement, celui-ci a obtenu la participation d’une bonne cinquantaine de familles. “Comme les beaux jours arrivent, une période d’essai va être mise en place courant mai jusqu’à la fin de l’année scolaire” précise Tony Davoine. Bien que soutenu par la municipalité, ce service gratuit ne peut fonctionner qu’avec la participation de parents d’élèves volontaires, voire retraités et grands-parents intéressés, pour encadrer les enfants. Deux parcours au départ de chaque extrémité du village (côté Béligneux et côté Pérouges) pourraient être envisagés. Affaire à suivre… TG

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here