Olivier Rouvière, adjoint aux finances

0
428

Habitant Thil depuis 2014, cela fait des années qu’Olivier Rouvière, adjoint aux finances, s’investit pour le village. Rencontre avec l’élu qui nous parle du travail qu’il entreprend depuis un an.

Il n’est pas toujours indispensable de vivre des décennies durant sur un territoire donné pour se sentir concerné par la vie de sa commune. Comme son épouse Isabelle Rouvière, adjointe à la vie scolaire, Olivier Rouvière n’est Thilois que depuis 2014 et est depuis l’an dernier adjoint aux finances de Thil. Cet intérêt pour sa commune, il a commencé par le montrer très vite, il y a quelques années, en adhérant à l’association U’Thil Avant Tout où il fait la rencontre de plusieurs de ses actuels collègues élus, pour avoir une réflexion sur l’évolution du village. Quand approchent les élections municipales de 2020, il fait donc partie de la liste de Valérie Pommaz : “Je n’ai pas cherché à être élu pour faire une carrière politique mais pour faire autre chose pour le village.
S’il s’agit de sa première fonction politique, il connaît le travail d’élu qu’il voyait déjà de l’autre côté à travers son expérience professionnelle. Olivier Rouvière est fonctionnaire territorial à la Métropole de Lyon, au service insertion et emploi. Avec sa connaissance des finances publiques et des ressources humaines, “il était clair assez vite que je récupérerais les finances.” Dès avant l’élection, il travaille sur le budget : “Ca nous a permis de réfléchir sur différents projets.” Mais le fait est que Thil a une très faible capacité financière pour investir : “On vit assez vite sur la réserve et ce n’est pas le but, en fin de mandat, de laisser la commune appauvrie.” Néanmoins, la nouvelle municipalité a hérité de finances saines mais “elles allaient bien parce qu’il ne se passait rien. Avant notre arrivée, en dehors de l’assainissement, le plus gros investissement était pour les peintures et les fenêtres.” Par conséquent, beaucoup de dépenses restaient à faire et il a fallu réaliser huit délibérations modificatives au budget 2020 voté par la précédente équipe. Entre la voirie, l’école, ou l’abattage des arbres, ce sont des enveloppes jusqu’à 100.000 euros qui sortent des caisses de la ville. Alors “il faut solliciter des aides financières, maximiser le budget pour demander le moins d’efforts possibles aux Thilois.” En ce sens, en tant que membre des commissions cohésion social et finance à la communauté de communes, Olivier Rouvière essaie d’intervenir pour pousser les choses en faveur de Thil. “On aimerait que la CCMP soit plus aidante, par exemple sur la voirie.” Car, après tout, “les routes de Thil, il n’y a pas que les Thilois qui les prennent.
F.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here