Un pâturage mis à disposition des habitants, pour leurs animaux

0
207
Camille et ses filles en compagnie de Claude qui donne bénévolement de son temps pour s’occuper des animaux et de leur espace de vie

La commune de Saint-Vulbas essaye de conserver au maximum ses terrains afin de garder le contrôle de son foncier. Elle dispose donc d’espaces et a développé une initiative originale sur l’un d’entre eux qui est justement dédié aux habitants. Il est ainsi possible d’y mettre ses animaux en pâture.

Dans la rue du lavoir, près des berges du Rhône, se trouve un véritable petit hâve de paix pour les animaux en pâturage. Un terrain de 2,6 ha est à leur disposition. Les habitants peuvent y mener les ânes, moutons, chevaux, chèvres…
F. M.La gestion de ce parc est prise en charge par la municipalité et les agents techniques s’occupent de l’entretien, la tonte des abords, et le réapprovisionnement en foin, si nécessaire. Ils sont aussi à l’origine de divers aménagements, comme un point d’eau créé pour le bien-être des animaux. 4 ha ont été encore acquis sur des terrains limitrophes afin d’agrandir cet espace que la municipalité souhaite préserver.
Parmi les propriétaires d’animaux, Camille, infirmière libérale, qui possède Tricot, un mouton, trois chèvres : Kiri, Billy et Gary, ainsi que deux chevaux : Philou et Kicho, qui a tout de même 27 printemps. Un peu plus loin, il y a Chocolat, un poney. Agathe et Elsa-Marie, ses filles, ont en charge cette ménagerie, elles participent aux diverses tâches, comme changer le fourrage de la cabane ou enlever les crottins et s’assurer que tout va bien sûr le domaine.
Camille est fière de ce qu’elles accomplissent avec les animaux, elles aiment leur contact, et les chevaux sont apaisés en leur présence. “Elles sont habituées car avant d’arriver par ici, nous avions déjà du terrain en région lyonnaise, mais ici, ce n’est pas comparable, et ce que réalise la municipalité est exceptionnel”. Le maire, très impliqué dans ce projet, y fait son tour presque tous les soirs pour s’assurer que tout va bien, et il n’a pas hésité à contacter Camille, quand un dimanche, la pouliche n’allait pas bien et a attendu l’arrivée du vétérinaire.
Un projet fédérateur et unificateur, comme le prouve également l’investissement bénévole de Claude, qui a vécu un drame personnel il y a huit mois, et qui pour se changer les idées participe ici à diverses tâches, comme débroussailler les mauvaises herbes. La proximité des habitations et de l’aire de camping-car, a aussi un effet positif, notamment avec la surveillance des animaux, et les touristes de passage ne se sont jamais plaints de leur présence ou des odeurs très peu ressenties.
“Les animaux présents sur le parc se portent bien, et la manière dont ils expriment leur joie me conforte dans l’idée que c’est un lieu idéal et paisible pour eux” conclut Camille. FM

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here