Un budget “prudent” qui fait grandir les discussions

0
306
La cour de l’école Alphonse Daudet va être “désimperméabilisée”

Sur une dizaine de points à l’ordre du jour, le vote du budget 2021 a été au cœur du dernier conseil municipal, occupant plus de la moitié de la séance.

Le conseil municipal d’avril avait pour thème principal le vote du budget, mais cette séance a débuté par les habituels rapports entre l’opposition et l’équipe majoritaire du maire qui ont donné le rythme à cette soirée. Dès l’approbation des procès-verbaux des deux précédents conseils, la minorité vote contre ou s’abstient. Après avoir cité un communiqué de l’élue d’opposition Albane Colin, le maire Romain Daubié dénonce de la “petite chicanerie politique” : “Il faudrait peut-être recentrer le débat sur ce qu’on est : des conseillers municipaux au service de la ville.”
Avant le budget présenté par l’adjointe aux finances Aurore Samier, quelques financements ont été votés. A commencer par l’extension de la vidéoprotection qui doit être subventionnée à 50% par l’Etat (vote contre de l’opposition). Une autre subvention doit être demandée pour poursuivre la restauration des archives historiques de la ville. Ce fut ensuite le tour du vote des subventions aux associations : une enveloppe stable de 269.000 ? a été approuvée. Le vote des taux d’imposition a fait qu’ils restent inchangés : taxe d’habitation à 10,42%, le foncier bâti à 12,5 %, plus 13,97% du département, soit 26,47%, et 43,52% pour le foncier non-bâti.
Avec l’expérience de 2020 et les incertitudes concernant de 2021, le budget présenté par Aurore Samier se veut “prudent” en intégrant d’éventuelles dépenses imprévues et baisses des recettes. En résumé, une hausse de 441.000 euros des dépenses de fonctionnement est prévue pour atteindre 7,3 millions d’euros. Hors provision, les recettes sont calculées à la baisse, en partie en raison de pertes sur la cantine et le périscolaires (-84.000 euros). Les investissements se chiffrent à hauteur de 2,65 millions d’euros. Le plus important chantier, avec un coût de 400.000 euros, est celui de la cour de l’école Alphonse Daudet, pour sa désimperméabilisation. Action incluse dans le volet environnement qui compte aussi la réfection de la toiture de la même école, comme celle du centre de loisirs de Cordieux devant permettre une meilleure efficacité énergétique.


Vidéoprotection et tasers pour le volet sécurité


Les écoles reçoivent encore d’autres investissements, dont 100.000 euros pour l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Autre volet d’investissements : la sécurité. En plus des 79.000 euros prévus pour la campagne de vidéoprotection, une dépense de 2.000 euros a été faite pour équiper les policiers municipaux de tasers.
En une dizaine de minutes le budget était présenté par l’adjointe aux finances laissant ensuite place aux éventuelles questions des conseillers. Comme depuis le début de la séance durant laquelle ils sont intervenus sur à peu près tous les sujets à l’ordre du jour, les trois représentants de l’opposition se sont manifestés tour à tour pour exiger de nombreuses précisions. Jean-Claude Perron a fait ressortir que 85.000 ? seront investis dans la requalification du Faubourg de Lyon, réalisation repoussée par le premier confinement l’an dernier ayant pour but de créer “une vraie entrée de ville”, a expliqué le maire, “avec une place plus importante pour les piétons”, plus de sécurité et de verdure. Albane Colin a renouvelé sa critique d’un budget manquant d’ambition : “Il manque trop d’investissements structurants. Il n’est pas tourné vers l’avenir, vers l’humain.” Romain Daubié rétorque qu’il s’agit d’un budget “courageux et audacieux”, avec une somme dédiée aux investissements “très importante pour un début de mandat pour une ville comme Montluel.” Une cinquantaine de minutes après la présentation d’Aurore Samier, le budget a été voté à la majorité (trois voix contre de l’opposition). F.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here