La ville prend un arrêté pour imposer aux habitants de lutter contre la prolifération des chenilles processionnaires

0
61
Les nids sont facilement identifiables

Face à la prolifération de la chenille processionnaire du pin, la mairie d’Ambérieu-en-Bugey par arrêté municipal, informe les propriétaires et les locataires qu’ils doivent prendre impérativement, toutes les mesures nécessaires pour éradiquer efficacement les colonies de chenilles implantées dans les arbres se situant sur leurs parcelles.

Pins, sapins, cèdres… Les habitants ambarrois sont tenus de participer à la lutte contre la prolifération des chenilles processionnaires. Un fléau qui pose de véritables soucis de santé publique, puisque ces chenilles sont très urticantes et allergisantes, et leur prolifération est exponentielle. La lutte doit s’effectuer avec l’usage de produits appropriés, homologués, soit mécaniquement ou par piégeage avec incinération, “ou tout autre moyen adapté”.
La chenille processionnaire est la larve d’un papillon de nuit. Ces papillons nocturnes, ne vivent généralement qu’une nuit, ils sont gris, avec des motifs noirs et des taches blanchâtres. L’éclosion a lieu 5 à 6 semaines après la ponte, et donne naissance à des chenilles qui tissent des pré-nids, et commencent à manger le limbe des aiguilles de pin. Ces nids sont facilement identifiables dans les arbres, puisqu’ils forment des cocons, un peu comme de très grosses toiles tissées entre elles.
Ces premiers abris peuvent passer inaperçus, à ce stade les chenilles ne sont pas encore urticantes. Au 4ème stade larvaire, elles font un lit d’hiver, volontairement construit généralement sur une orientation au sud, pour mieux profiter du soleil. Elles sortent la nuit pour s’alimenter, se déplaçant en procession, suivant un fil de soie pour rentrer au nid, d’où leur nom. Elles se nourrissent de diverses écorces de pin, mais aussi de cèdres, provoquant aussi un affaiblissement important des arbres.
La chenille a des poils très légers et très fragiles, se détachant facilement. Lorsqu’ils se brisent dès le premier contact, la substance urticante et allergisante, se disperse aisément, par la sueur, le grattage et le frottement. En cas de contact avec les yeux elle provoque des yeux rouges et larmoyants. En cas de contact par inhalation, les poils urticants irritent les voies respiratoires. C’est bien pourquoi aussi, il ne faut pas procéder à son élimination sans prendre certaines précautions.
Les animaux de compagnie ne sont d’ailleurs pas épargnés non plus, si ces derniers lèchent ou touchent les chenilles vivantes ou mortes, ils peuvent en souffrir, se mettre à baver ou avoir la langue qui gonfle… “C’est pourquoi il faut impérativement éradiquer ces nids de chenilles” précise la municipalité.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez joindre le responsable “Patrimoine végétal” de la ville d’Ambérieu au 06-84-47-42-28.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here