De plus en plus de bacheliers et de diplômés supérieurs, pour des emplois de moins en moins corrélés

0
179

Voilà maintenant plusieurs décennies que le taux de réussite au bac ne cesse de s’accroître. L’année 2020 aura résonné comme une forme d’apothéose, puisque sur fond de crise sanitaire ils ont été plus 97,5 % à décrocher le bac général dans l’Ain. Un sésame de moins en moins précieux, puisque pour prétendre à un même poste qu’il y a dix ans en arrière, il faudra désormais être bien davantage diplômé…

En Auvergne-Rhône-Alpes, il y a trois ans, 64 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans avaient au moins le baccalauréat. C’est 2 points de plus que la moyenne française. Ces données publiées voici quelques jours par l’INSEE et qui se basent sur les informations recueillies à fin 2017, montrent surtout qu’au fil du temps, la proportion des jeunes ayant obtenu au moins le baccalauréat ne cesse de croître. En dix ans, elle a progressé de six points dans la région, passant donc de 58 % de bacheliers à 64 %. Et si en Auvergne-Rhône-Alpes, en 2017, les jeunes sont plus souvent diplômés du supérieur que dans les autres régions françaises et sont également moins nombreux à n’avoir aucun diplôme, le département de l’Ain accuse cependant un léger retard avec sa proportion de 60,5 % de bacheliers parmi les jeunes âgés de 15 à 29 ans. Cela place le département seulement en huitième position parmi les 12 que compte la région Auvergne-Rhône-Alpes, bien loin derrière le Rhône avec ses 70,5 % de jeunes diplômés du bac. Dans ce département, 20 % de ces jeunes ont même au moins un bac+5, ce qui s’explique vraisemblablement par la nature des emplois proposés, puisqu’il y a ici la plus forte proportion régionale d’emplois destinés aux cadres.

Quand la course aux diplômes, tue les diplômes…

Cette étude montre d’autre part, sans véritable surprise, que les moins diplômés sont ceux qui peinent le plus à s’insérer sur le marché du travail. Mais elle souligne également un autre phénomène : celui des jeunes, de plus en plus diplômés, qui doivent accepter d’exercer des emplois intermédiaires ou d’employés. “En général, les postes sont maintenant occupés par des personnes plus diplômées qu’il y a une décennie en arrière” précise l’INSEE. Du coup, les moins diplômés ont du mal à s’aligner même sur les emplois les moins qualifiés. Les postes de professions intermédiaires, de techniciens, et d’employés administratifs d’entreprise, qui absorbaient autrefois la plus grande majorité des BAC + 2, sont désormais pourvus essentiellement par des BAC +3. “Ce glissement des postes occupés vers des plus diplômés s’opère pour presque toutes les catégories socioprofessionnelles” ajoute l’Institut.

Plus de 95 % de bacheliers dans l’Ain : un effet entonnoir inévitable à l’échelon supérieur

Au-delà de cette étude, si on ne peut, au premier abord, que se féliciter d’une hausse de la proportion des diplômés, on peut aussi légitimement s’interroger sur l’évolution de la valeur intrinsèque de ces mêmes diplômes. Avec un taux de réussite au baccalauréat qui dépasse maintenant régulièrement 90 % sur l’académie et dans l’Ain (et même plus de 97 % sur l’académie de Lyon et 97,5 % dans l’Ain), le bac ne joue plus réellement un rôle de sélection. Alors qu’autrefois les diplômés d’un certificat d’études, qui soldait pourtant simplement la fin du parcours de l’école primaire, se voyaient déjà ouvrir les portes de certains secteurs d’activité ou administrations, tels que la gendarmerie, la Poste… Ceux qui aujourd’hui sont bacheliers, toujours plus nombreux, doivent prétendre à davantage pour se démarquer. Facultés, BTS, DUT… Les taux de réussite historiques au bac ont forcément des effets en cascade. Et lorsque trop d’étudiants sont parvenus à un même niveau de diplôme, on ne sait plus quoi faire d’eux, à part les pousser vers un échelon d’études supérieures ou leur proposer des emplois en inadéquation avec leur niveau d’étude théorique.

Taux de réussite au bac général dans l’Ain depuis 5 ans :
2016 : 92,20%
2017 : 89,90%
2018 : 90,70%
2019 : 90,70%
2020 : 97,50%

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here