Joseph Richard s’est éteint

0
45
Joseph Richard avait été profondément marqué par le crash aérien du 12 août 1963

Avec le décès de Joseph Richard, c’est une partie de l’âme de Tramoyes qui s’en est allée…

Son regard bleu profond et sa grande gentillesse ont marqué tous ceux qui l’ont rencontré. Joseph Richard, c’était un peu la mémoire de Tramoyes, celui vers qui l’on se tournait lorsque l’on voulait connaître une simple anecdote ou plus largement l’histoire du village. Alors il prenait le temps de discuter, de raconter, de se déplacer pour montrer où et comment.
Car en près d’un siècle, 95 ans exactement, l’homme a toujours vécu là, dans le village qui l’a vu naître. Orphelin de père et de mère très jeune, ses grands-parents s’occupent de lui dans sa maison de la rue des Pins. C’est avec eux qu’il apprend le métier d’agriculteur, qu’il exercera dès l’âge de 14 ans. Un métier qui l’amène à s’investir dans la coopérative agricole en tant que trésorier et secrétaire et, plus tard, au conseil d’administration de la caisse locale Centre Est. En 1956, il épouse Henriette Barbet, avec laquelle il a trois enfants. Impliqué dans la vie de Tramoyes, il préside l’amicale boules durant douze ans et occupe deux mandats de conseiller municipal. Passionné par son métier, il prend sa retraite à l’âge de 66 ans. Cet éleveur continuera toutefois à garder quelques bêtes bien plus longtemps. Il possédait d’ailleurs la dernière vache du village en 2010.
Jamais l’homme n’a passé son permis de conduire : combien de Tramoyens l’ont suivi au volant de leur voiture, au ralenti, tandis que lui, vêtu de son bleu de travail, évoluait au rythme de sa mobylette ?
Les affres de la vie n’ont pas épargné Joseph Richard, qui a perdu l’un de ses enfants puis son épouse. Il a connu l’Occupation et a été témoin d’un drame qui l’a particulièrement affecté : le crash d’un avion de la compagnie Air Inter, le 12 août 1963, au lieu-dit Le Mollon. Seize personnes ont perdu la vie dans cet accident. Joseph Richard a été l’un des premiers sur les lieux, il a vu la scène apocalyptique, les corps abîmés, mais aussi les rôdeurs en quête d’objets à piller. Sa propre cuisine avait accueilli deux hôtesses de l’air et deux enfants blessés avant leur évacuation. Jamais ces images ne l’ont quitté. Il conservait d’ailleurs toutes les coupures de presse afférentes, la photo de l’une des hôtesses de l’air tuée et même une cuillère siglée Air Inter retrouvée sur les lieux du drame. Notre homme avait souhaité qu’une plaque mémorielle soit installée, pour que ce tragique accident ne soit jamais oublié. Ce fut chose faite en août 2018, lors d’une cérémonie dédiée.
Derrière sa jovialité, Joseph Richard cachait une grande sensibilité. Ce personnage attachant s’est éteint à l’âge de 95 ans, il y a quelques jours. Ses obsèques se sont déroulées mercredi 31 mars, dans la matinée. De nombreux Tramoyens ont témoigné leur affection à l’annonce de sa disparition, sur les réseaux sociaux notamment. À l’image du maire, Xavier Deloche, qui voyait en Joseph Richard “une vraie leçon de vie. Il était d’une bienveillance totale, toujours positif alors qu’il a eu une vie difficile. Il représentait la figure du monde rural, qui savait accueillir les nouveaux habitants et qui faisait le lien entre le Tramoyes d’antan et d’aujourd’hui.” C.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here