Un territoire qui a encore des cartes à jouer

0
505
Claire Garnot présente les sept cartes postales

Des animations enfants aux cartes postales, l’offre autour du tourisme sur la Côtière s’étoffe alors que l’office du tourisme vient d’intégrer ses nouveaux locaux à l’ancienne gare.

« On a beaucoup de zones touristiques autour de nous et on a notre carte à jouer au milieu de tout ça.” Pour Michel Levrat, vice-président en charge du tourisme à la communauté de communes, et Caroline Founchot, chargée de mission attractivité, ce territoire n’a pas encore dévoilé tout son potentiel.
Quoi de mieux pour le montrer qu’un nouveau lieu ? Le déménagement en cours de l’Office du Tourisme, prévu depuis un an et demi, dans l’ancienne gare de Montluel, est certes un cap important pour se donner une nouvelle vitrine, mais cela ne représenterait guère de changement si c’est pour continuer à faire la même chose. Depuis 2019, un travail est en cours pour proposer une offre multipliée. Même si l’année passée n’a guère permis de montrer tous les fruits de ces efforts avec toutes les contraintes liées aux visites, à la taille des groupes et du nombre d’intervenants, plusieurs choses ont été faites. Déjà avant le premier confinement, un travail avait été finalisé pour fournir une carte des sentiers de randonnée actualisée. D’un autre côté, “le covid a peut-être fait que les gens bougent moins et donc s’intéressent plus à leur territoire”, estime Michel Levrat. “Ils demandent de plus en plus de choses, plus d’expériences, être acteurs, et c’est très bien.”
En 2021, le programme des visites et animations se doit de se montrer plus étoffé, en étalant sur toute l’année ce qu’on pouvait surtout faire durant les journées du patrimoine et en développant l’aspect famille. Des animations enfant ont été créées, comme les ateliers herboristerie à l’apothicairerie de Montluel ou le jeu de piste avec le Comité Histoire et Patrimoine, qui a déjà connu un certain succès. Un second est en chantier sur le thème de l’eau. À la 3CM, on admet la chance d’avoir des associations dans le créneau du tourisme. Mais il faut aussi savoir sortir des habitudes : “On passe à côté de certaines choses. On demande aux communes de recenser leur patrimoine, certaines choses mal référencées.”
Il reste aussi un travail à faire sur une signalétique commune et une utilisation touristique de l’appli 3CM & Moi. Enfin, cela n’empêche pas non plus de tester quelques idées dont la réussite reste à prouver, comme la distribution d’une nouvelle gamme de cartes postales : “Il y avait une demande. C’est quelque chose qu’on n’avait plus du tout.” Sept modèles offrant une présentation du canton dans son ensemble sans mettre une seule commune sont disponibles. On ne jurera pas à la 3CM que ce sera un gros succès commercial, mais leur présence dans d’autres lieux liés au tourisme comme les hôtels peut créer une vitrine supplémentaire. F.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here