Karine Garnier, adjointe à la vie scolaire

0
253

Adjointe à la vie scolaire, périscolaire et extrascolaire depuis la réélection de Romain Daubié, Karine Garnier, évoque avec nous son parcours et une première année “enrichissante”.

Voilà plus de vingt ans que Karine Garnier est arrivée à Montluel, d’abord pour des raisons professionnelles. Elle travaille dans une société d’assurances lyonnaise, déménage en 2012 à Jailleux et en 2013 naît un petit-garçon, qui la fait entrer trois ans plus tard dans le monde des écoles. Un monde qu’elle côtoie aussi par son travail, ayant l’habitude d’être aux contacts de nombreuses associations s’occupant d’enfants en difficulté scolaire. Depuis trois ans, elle était membre de l’association des parents d’élèves de l’école de Jailleux. Au fur et à mesure, elle a fait la rencontre de Jean-Luc Charvet, adjoint à la vie scolaire durant le premier mandat de Romain Daubié, et de ce dernier. Se retrouvant autour de valeurs partagées, “nous nous sommes tout de suite très bien entendus.” Ce qui fait que, “naturellement”, au moment de la campagne des municipales 2020, ils se sont tout de suite rapprochés. Elle travaille alors avec Jean-Luc Charvet sur le thème des écoles. “Au début, on ne parlait pas de devenir adjoint mais de faire partie de la liste. C’est venu bien après.” Une fois la liste du maire sortant élue, elle est désignée à la succession de Jean-Luc Charvet qui reste conseiller municipal délégué. La transition se passe bien et, selon Karine Garnier, perdure encore aujourd’hui : “On est toujours sur la même longueur d’onde.” Certes, elle arrive en fonction à un moment difficile mais cela colle avec les raisons de son engagement : “Au-delà du statut d’adjoint, je cherchais une mission.” Ce fut donc une “sacrée année” avec “l’enchaînement des protocoles qu’on apprend le dimanche soir pour mise en place le lundi.
L’adjectif qui revient le plus dans son discours, c’est “enrichissant” : “J’ai beaucoup appris durant cette crise. C’est enrichissant de pouvoir travailler en proximité avec des gens qu’on ne connaissait pas vraiment. J’ai fait la rencontre de belles personnalités autant à la mairie qu’auprès des agents municipaux.” Elle se montre aussi agréablement surprise par l’investissement du conseil municipal des enfants, par le punch et les idées de ses 26 membres. Elle est donc tout sauf déçue d’être entrée en politique, une nouvelle étape dans sa vie qui la tentait depuis quelque temps : “Des fois, c’est difficile de sauter le pas dans la vie politique, mais ça apprend tellement de choses.”
Quant à l’avenir, se voit-elle durer à la mairie de Montluel par-delà cette première expérience ? “Il faut du temps pour réaliser un programme. Six ans, ça passe très vite.” Selon ce que la vie lui réserve dans les années à venir, “ pour les convictions en commun avec Romain, pour l’entente que nous avons”, elle est déjà partante pour continuer aussi longtemps que nécessaire. F.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here