Une start-up locale lance Opopop, le colis consigné et réutilisable 50 fois

0
387
Antonin et Charlotte ont lancé un concept de colis consigné dédié au e-commerce

Partant du constat simple que la meilleure façon de gérer nos déchets est d’en produire le moins possible, la Saint-Sorlinoise Charlotte Darmet et son associé Antonin Grêlé, ont mis au point des pochettes réutilisables et consignées, destinées aux produits vendus en e-commerce. Souples, “éco-conçus” et réparables, ces petits colis prévus pour expédier les marchandises peuvent être utilisés au moins 50 fois.

C’est en août 2020, qu’Antonin Grêlé-Rouveyre, et Charlotte Darmet se sont lancés dans l’aventure entrepreuneuriale en créant leur Start-Up. Animés par le désir commun de voler de leurs propres ailes, tous deux fourmillaient d’idées et pouvaient s’appuyer sur un cursus tout à fait complémentaire. En effet, Charlotte est issue de l’école de management EMLYON. Elle y a suivi un programme dédié à l’entrepreneuriat et au management de l’innovation. Quant à Antonin, après une licence à Oxford et un master lors duquel il s’est spécialisé en entrepreneuriat, il rejoint le cabinet Wavestone pour y travailler durant 4 ans en tant que consultant en implémentation de nouvelles technologies auprès de grands groupes. Tous deux sensibles à la thématique environnementale, ils se sont plus particulièrement penchés sur la problématique des déchets liés au e-commerce. La majeure partie de ces déchets provient de l’emballage, un emballage individuel dont la durée de vie est d’environ trois jours. C’est en partant de ce constat qu’ils ont donc réfléchi à d’autres alternatives. De cette réflexion est né Opopop, un colis réutilisable : “plutôt que de jeter l’emballage après avoir récupéré sa commande, le consommateur renvoie l’emballage pour qu’il soit réutilisé pour d’autres commandes” expliquent-ils. Une idée simple mais qu’il convenait de mettre en pratique. Les e-commerçants sont donc devenus leur première cible commerciale. Le concept consiste à prposer l’option Opopop sur leur site. Au lieu d’acheter des colis jetables pour leurs envois, ils louent des colis à l’usage (à partir de 1,65 euro par expédition). Les boutiques en ligne s’abonnent tout simplement au service Opopop et sont facturées en fonction du nombre d’expéditions effectuées chaque mois. On passe ainsi d’une économie du jetable à une économie de l’usage, la consigne étant garante d’une réutilisation effective. Plus concrètement, après avoir choisi l’option si elle est proposée sur le site de son e-commerçant, le consommateur dépose une consigne digitale sur l’interface sécurisée gérée par la société Opopop. Une fois reçu, le colis devra être retourné dans un délai de 15 jours après sa réception. Si ce n’est pas le cas malgré plusieurs relances, une consigne de 5e sera prélevée. Les instructions sont également clairement inscrites sur le colis lui-même, ainsi que sur le site internet afin qu’aucune confusion ne soit possible. À noter qu’Opopop a bénéficié d’un prêt d’honneur signé avec à la Pépinière de la plaine de l’Ain (PAMPA). Une somme de 75.000 euros destinée à soutenir ce projet prometteur et permettre de lancer son développement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here