Objectif 2023-2024 pour La Côtière et Meximieux

0
1840
L'extension du lycée de la Côtière est désormais annoncée pour la rentrée 2023.

Annoncé en grande pompe, le “plan Marshall des lycées” lancé par Laurent Wauquiez connaît quelques retards, notamment pour ce qui concerne les établissements de la Côtière. Explications.

La restructuration du lycée solaire d’Ambérieu-en-Bugey est une véritable vitrine pour la Région et son plan Marshall dans les établissements scolaires dont elle a la responsabilité. Celui qui avait été rebaptisé lycée polaire au vu des conditions d’insalubrité qui y régnaient connaît en effet une cure de jouvence. Après la réfection du système de chauffage aujourd’hui livrée, le secteur scientifique est en cours de rénovation. De son côté, la communauté de communes de la Plaine de l’Ain vient de réceptionner le gymnase attenant. Puis, débuteront, cet été, les travaux d’extension avec la création de 32 salles de cours, d’une cafétéria et d’espaces de travail extérieurs compris, pour l’apparition d’un véritable campus qui devrait être livré fin 2022. Bouygues a été retenu pour réaliser le chantier. Le tout permettra l’accueil de 2.000 élèves – contre 1.800 actuellement – et une enveloppe de 35 millions d’euros pour la Région. Laurent Wauquiez était en visite à la mi-janvier pour superviser l’avancée des travaux.


Echéance septembre 2023 pour la Côtière

Néanmoins, il est d’autres chantiers que l’on ne voit pas réellement avancer. Car sur notre territoire, deux établissements supplémentaires devaient, en théorie, sortir de terre à l’horizon de la rentrée de septembre 2022. À La Boisse d’abord, le lycée de la Côtière est à l’étroit depuis bientôt une décennie. L’absence de filière professionnelle sur la Côtière dans des établissements publics entraîne également des difficultés pour les élèves, contraints de se rendre sur Ambérieu ou l’agglomération lyonnaise. L’extension a donc été lancée au début des années 2010. Mais elle connaît un coup d’arrêt dès le démarrage des travaux en 2013, après un glissement de terrain. L’emplacement initialement envisagé n’étant plus possible, il a fallu tout réviser. En 2017, les élus régionaux de la nouvelle majorité se rendaient sur place et annonçaient de nouvelles échéances, avec une ouverture espérée pour septembre 2021. Mais les délais de réalisation ont pris plus de temps que prévu.


Des préfabriqués, en attendant

La Covid est passée par là, mais pas seulement. L’offre de nouvelles formations a été réétudiée. Elles seront portées vers les sciences et technologies de l’industrie et du développement durable, les systèmes numériques et le commerce. Des batiments accueillant des plateformes spécifiques seront donc créées, ainsi que des salles banalisées. Des discussions ont été engagées avec la com. de com. de la Côtière à Montluel pour établir les différents engagements de chacun. Une participation financière de 300.000 euros de la Région a été actée pour le déplacement du plateau sportif sur les hauteurs du tènement, afin que l’extension puisse voir le jour sur la partie basse du terrain. Celui-ci a été réceptionné fin juin 2020 par la 3CM. Par ailleurs, la Région participera également, à hauteur de 400.000 euros, aux travaux de réfection du parking, attendus pour l’été 2021, sous maîtrise d’ouvrage de la communauté de communes. Quant au lycée en lui-même, le permis de construire a fait l’objet d’un avis favorable par arrêté du maire en décembre 2020. Actuellement, l’heure est à la préparation de la consultation des entreprises pour un démarrage des travaux au début de l’année 2022 et une ouverture en septembre 2023. Le budget d’investissement a également été revu à la hausse, passant de 6,95 millions d’euros, une augmentation votée 9,75 millions d’euros lors de la session plénière de février. La capacité du lycée sera à terme portée à 1.576 élèves. D’ici là, et dès la prochaine rentrée, des bâtiments modulaires, représentant quatre salles de classes, seront installés pour offrir un peu plus d’espace aux étudiants et deux salles informatique seront aménagées dans les locaux existants.


Début des travaux en juin 2023 pour Meximieux


À Meximieux, le tènement de cinq hectares, qui doit accueillir à la fois le lycée, le gymnase et la gare routière est pour l’heure un champ comme les autres au bord de la D1084… ou presque. Quelques bornes jaunes laissent entrevoir le futur aménagement. Des études ont déjà été réalisées : archéologiques, géotechniques, topographiques et écologiques. Elles n’ont rien révélé empêchant l’avancée du chantier. L’assistance à maîtrise d’ouvrage a été désignée : elle a été confiée à Territoires 38. Le lancement de la procédure de marché public global de performance a, pour sa part, pris du retard en raison des contraintes liées au Covid, explique le conseiller régional Alexandre Nanchi. Cette procédure permet de désigner à la fois ceux qui concevront, réaliseront, exploiteront et assureront la maintenance des lieux. “On ne pouvait pas faire cette étape en visio, on a besoin de voir les maquettes, les projets. En mars prochain, le jury se réunira. Aujourd’hui, l’ouverture est fixée à la rentrée 2024. Les travaux devraient débuter en juin 2023.” Le budget est estimé à 35 millions d’euros pour un établissement destiné à accueillir 1.200 élèves évoluant dans les voies générales et technologiques. La Région aura également à sa charge la gare routière, tandis que les collectivités locales construiront le gymnase et la voirie, à compétence partagée avec le Département. Une réserve foncière existe pour une éventuelle extension à terme.
Car la population de la Côtière et de la Plaine de l’Ain est en pleine évolution, supérieure à 10% sur les dix dernières années. Et les obligations en matière de construction de logements sociaux, sur la Côtière notamment, n’augurent pas de reflux. Dans le même temps, les entreprises, encore nombreuses à choisir notre territoire comme terre d’accueil, déplorent souvent un manque de formation adaptée pour la main-d’œuvre. Dès lors, la carte scolaire doit s’adapter et se réorganiser à la fois pour accueillir sa population et pour répondre à l’évolution de la société. D’où la création de deux filières technologiques prévues à Meximieux, à savoir santé/social et industrie/développement durable. Dès la rentrée 2021, le lycée de la Plaine de l’Ain à Ambérieu devrait également accueillir un enseignement de spécialité de type arts plastiques ou cinéma-audiovisuel. Par ailleurs, les collèges s’adaptent déjà à travers de nouvelles options, par exemple le russe apparaîtra en 2022 dans les établissements de Montluel et Dagneux, l’Académie estimant que la continuité sera assurée au lycée de Meximieux. C.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here