Un village refuge pour les abeilles

0
400
La mise en place d'hôtels à insectes permet de favoriser la pollinisation

En s’engageant dans une démarche pour favoriser la biodiversité au village, la commune de Tramoyes fait partie de la cinquantaine de collectivités françaises qui ont décroché le label Apicité. Zoom sur un programme d’actions qui oblige la commune à préserver sa qualité environnementale.

Depuis le début de son mandat à la tête de la commune, le maire, Xavier Deloche, a fait de la qualité environnementale un enjeu majeur. Celui-ci se décline aujourd’hui à travers la labellisation de sa démarche par Apicité, comme 57 autres collectivités en France. Délivré par l’UNAF (Union Nationale des Apiculteurs de France), ce label signifie que la commune s’engage à préserver la biodiversité, dont l’abeille est l’un des révélateurs majeurs. “APIcité® valorise ainsi la défense de l’abeille, de l’apiculture et des pollinisateurs sauvages, mais vise aussi à soutenir un projet municipal axé sur le développement durable et ses composantes” explique l’UNAF.
Concrètement, les Tramoyens sont déjà peu ou prou sensibilisés, avec la présence sur leur territoire de trois apiculteurs, une chèvrerie, un GAEC et deux éleveurs de volailles et de porcs auxquels s’ajoutent sept agriculteurs “soucieux d’une agriculture raisonnée” estime la commune. Le “manger local” tient une bonne place avec plusieurs systèmes de ventes directes, du producteur au consommateur. La démarche se poursuit dans l’entretien des espaces verts avec la présence de zones non fauchées ou un fauchage raisonné pour que les espaces soient colonisés par les insectes.
Mais cela va plus loin. Lors du conseil municipal d’octobre, les élus ont voté l’attribution d’une assistance à maîtrise d’ouvrage à la société Beewild, pour “une aide à la sauvegarde de la biodiversité locale” d’un montant de 5.400 euros. Une subvention sera demandée au département dans le cadre de la transition écologique. L’action de cette assistance à maîtrise d’ouvrage porte sur les espaces communaux, à travers la plantation de plantes mellifères dans les massifs pour favoriser les abeilles, mais aussi de vivaces pour limiter la consommation en eau et l’installation d’hôtels à insectes. La fertilisation naturelle du sol, l’amélioration du cadre de vie font également partie du projet. Le comité de fleurissement a lui aussi embrayé sur ce thème de la biodiversité. L’objectif est d’inciter les citoyens à entrer dans le mouvement. Pour ce faire, le bulletin municipal, baptisé Le Petit Tramoyen, sert de relais. Dans son édition automnale, il était expliqué comment réaliser des habitats pour les abeilles à domicile. Numéro après numéro, la commune entretient son fil vert… pour obtenir, pourquoi pas, sa deuxième abeille l’année prochaine. C.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here