Une centaine de chats errants placés en une seule année !

0
279

L’association “Les Chats et nous” n’a pas chômé au cours de l’année 2020, puisqu’une centaine de chats a pu retrouver ou trouver un foyer grâce à elle. Cette association créée en 2012 et qui a pour vocation de promouvoir la stérilisation des chats errants et leur vaccination, est très impliquée auprès des communes voisines de Lagnieu. Sa présidente, Odette Perret, s’efforce également de sensibiliser les maires à la nécessité de lancer des campagnes de stérilisation. 

Alors que le 14 décembre, une proposition de loi a été déposée à l’Assemblée nationale pour lutter contre “la maltraitance animale”, Odette Perret présidente de l’association « les Chats et Nous » continue sans relâche de s’investir à l’échelon local. Elle s’efforce de venir en aide aux chats errants, en mettant en place diverses actions. Elle présente en 2020 un remarquable bilan avec une centaine de félins stérilisés, vaccinés et adoptés ou placés temporairement en famille d’accueil.
D’incessants appels téléphoniques de la population ont par ailleurs dévoilé l’immense tâche à accomplir pour le sauvetage des chatons errants. Déparasités, vermifugés, sociabilisés, enregistrés I-CAD (Identification des carnivores domestiques obligatoire depuis 2012 pour les chats), ils sont placés chez des particuliers adoptants, triés sur le volet : “il le faut, car sinon on court à la catastrophe” confie Odette, qui explique que les chatons pullulent à Lagnieu mais aussi dans les communes voisines : “nous sommes rentrés parfois avec des cartons pleins de chatons, en grande détresse”. Les particuliers, mais aussi les employés municipaux, ou même la police municipale l’appellent désormais pour lui signaler des chats errants. “On ne sait plus comment faire devant cette prolifération de petits félins, il faut que les communes prennent conscience de la tâche à accomplir et s’impliquent dans la stérilisation. Nous répondons du mieux que nous pouvons, mais la tâche est grande et nos moyens limités. Nous ne sommes que 5 membres actifs au sein de notre association…” Évidemment, la trésorerie de l’association reste limitée et ne lui permet pas d’intervenir autant qu’il le faudrait. C’est d’autant plus compliqué que cette année, il n’a pas été question d’organiser la moindre manifestation pour regonfler un peu la capacité financière. “C’est incroyable ce que la crise sanitaire a déclenché comme abandons. Les chats sont de plus en plus nombreux à ne pas être identifiés, mais la plupart ne sont pas sauvages cela veut dire qu’ils appartenaient à quelqu’un auparavant ! Toutes les communes devraient nous aider dans cette tâche, comme le fait déjà celle de Lagnieu. Et les propriétaires d’animaux doivent aussi être responsables, un animal n’est pas un jouet !
Pour faire face, un partenariat a aussi été mis en place avec “Le Pas du chat”, une pension pour animaux qui héberge des chats en attente d’un foyer.
En plus du trappage, et des allers-retours incessants chez un vétérinaire participant, Odette Perret gère donc également le placement des chats. Tous les jours, elle sort pour nourrir et tenter d’attraper les nouvelles têtes qu’elle ne connaît pas… Une mission fatigante et moralement usante explique-t-elle, “car c’est un éternel recommencement” : “heureusement, quand je reçois les photos des familles d’accueil ou des adoptants avec leur chat, je ressens une certaine reconnaissance, et cela me pousse à continuer”.
Elle rappelle que depuis décembre 2020, avoir un animal domestique non identifié est passible d’une amende allant jusqu’à 750 euros. Tout chat non identifié trouvé à plus de 200 mètres des habitations ou à plus de 1.000 mètres du domicile de son maître, est considéré comme en état de divagation. Un chat de famille non identifié qui serait attrapé dans ces circonstances, n’est donc légalement à personne, et pourrait être pris en charge par une association pour être mis à l’adoption, dans le meilleur des cas, ou envoyé à la fourrière, dans le pire des cas.
Si l’association s’efforce de trouver un certain équilibre financier, notamment grâce aux frais d’adoption, aux dons divers, Odette Perret continue malgré tout à prendre encore en charge, sur ses fonds propres, les frais complémentaires. Si vous souhaitez aider l’association d’Odette Perret, vous pouvez le faire de différentes manières : devenir famille d’accueil, dons de matériels, Don de votre temps, don de nourriture, ou devenir membre sociétaire.

Contact : 06.82.23.26.02 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here