La rénovation du château se poursuit avec quelques surprises à la clef

0
655
Plus de trois millions d’euros ont été alloués à la restauration du château

Au château de Chazey-sur-Ain, la restauration débutée en 2019 continue avec un important travail des artisans pour restaurer des planchers usés par le temps, des murs infiltrés d’eau, des illustrations, des inscriptions, ou d’anciennes portes murées. Un chantier plein de surprises puisque des découvertes sont toujours possibles au fur et à mesure de l’avancée des travaux.

Le château de Chazey-sur-Ain sera passé pas tous ses états, du chef-d’œuvre à presque la ruine. En décembre 2019, la Communauté de Communes de la Plaine de l’Ain (CCPA) a pris la décision de rénover les lieux. Un chantier qui au fil du temps, permet à l’édifice de reprendre des couleurs et de la prestance. Il s’agit cependant d’un lifting très minutieux et qui sera long. Plus de trois millions d’euros ont été alloués pour rénover cette bâtisse dont la moitié par la CCPA.
Les travaux sont fractionnés en trois parties. La réhabilitation de l’aile ouest où se trouvent des bureaux, salles de réunion, est probablement la partie qui était la plus importante car c’était la plus endommagée et elle demandait des travaux en urgence. Les ouvriers se sont attelés à la consolidation, la restauration et l’aménagement de l’aile du château : tour du colombier, écuries…
D’un point de vue pratique, il y a aussi les indispensables travaux d’accessibilité du bâtiment avec la mise en place d’un ascenseur et la nécessité de s’adapter aux normes en vigueur.
Mais la partie probablement la plus complexe, reste la rénovation de la partie historique du château, restauration des façades, des toitures, des menuiseries extérieures, du mur d’enceinte et l’ensemble des réaménagements intérieurs.
Quelques découvertes ont déjà été faites. Le piquage des enduits a révélé de nombreuses traces archéologiques qui témoignent de l’évolution des bâtiments. La tour du colombier accueillait au dernier niveau un espace pigeonnier doté de pots en terre cuite pour les nids. Le piquage des enduits a révélé la présence de ces pots également sur les deux étages inférieurs, attestant de l’importance d’un tel pigeonnier. De vastes cavités ont également été découvertes. À n’en point douter, d’autres découvertes devraient suivre ?
La fin du chantier ne devrait pas intervenir avant 2022, si tout va bien, car avec la crise, ce chantier a inévitablement pris du retard.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here