Il habite une maison en bois unique

0
607
Pascal Fleury-Bréhier est aujourd’hui ravi de son petit chalet confortable

Installé au Mas Garnier sur la commune de Saint-Éloi depuis une quinzaine d’années, Pascal Fleury-Bréhier a fait construire en 2016, sa maison en bois sur un terrain en pente grâce à un système de pilotis. Rencontre.

Située au bout de l’impasse Sous les Vignes, l’habitation de Pascal Fleury-Bréhier est un exemple fort intéressant de construction en bois. Son propriétaire, tout jeune retraité sexagénaire, a accepté volontiers de nous ouvrir ses portes. Établi au village depuis 2004, ce natif du Loir et Cher a fait le choix, il y a quatre ans, de bâtir sa maison en bois sur un terrain pentu par “esprit écolo” et avec “l’idée de découvrir quelque chose de nouveau”. Après avoir consulté trois constructeurs et pris le temps de visiter plusieurs modèles de maisons en bois, il reconnaît avoir eu “un coup de cœur pour une esquisse”. Car, ici, point de catalogue mais une maison unique dont la conception répond aux besoins et aux désirs du client. “Je suis bricoleur mais je ne me sentais pas l’âme de me lancer dans une telle construction” confie l’intéressé qui a eu recours à une coopérative d’artisans. Les bardages et les voliges sont en douglas et la structure de la maison en pin et sapin. Dix mois à peine ont été nécessaires à sa construction avec la particularité d’adapter le bâtiment à la pente à l’aide d’un système ingénieux de pilotis. D’une surface de 80 m2 avec une grande pièce de vie et deux chambres, cette charmante demeure boisée est dotée d’une belle terrasse de 25 m2 offrant une vue paisible et reposante sur la campagne. Les contraintes du terrain ont conduit à séparer le garage du reste de la construction. Côté entretien, le bois résiste assez bien à l’épreuve du temps. “L’humidité a tendance à griser puis noircir le bois” précise toutefois Pascal Fleury-Bréhier qui utilise une huile minérale et de pigments anti-Ultras Violets (UV). Côté isolation, “le bois ne protège pas plus de la chaleur qu’une maison traditionnelle” souligne cet habitant eulalien qui est équipé d’un poêle à granulés pour se chauffer l’hiver.
Pour ce papa de deux grands enfants étudiants qui a effectué quelques travaux intérieurs comme la pose du parquet et des lambris au mur, la construction de cette maison représente un investissement d’environ 220.000 euros tout compris. “Je suis aujourd’hui pleinement satisfait de mon choix. Ma maison ne me cause aucun souci. Ici, c’est peinard, c’est un peu le bout du monde avec autour des zones non constructibles. J’ai l’assurance d’une certaine tranquillité” conclut cet amoureux de montagne et d’escalade qui préside, depuis maintenant trois ans, le Club Alpin de Lagnieu. TG

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here