La Maladière : des locataires qui souffrent de leur logement

0
737
À chaque hiver, Abderrhamane Bekrar voit la température baisser dans son logement… (Photo Archives)

Punaises de lits, cafards, humidité, chauffage déficient, des locataires des logements Dynacité de la Maladière à Montluel n’en peuvent plus de collectionner les problèmes et se sentent abandonnés par leur bailleur.

Fait-il bon vivre à la Maladière ? Comme bien d’autres zones d’habitation populaire de ce type, le caractère cosy des logements de ce quartier HLM n’est pas la principale de ses qualités. Problèmes de parasites ou de chauffage sont même récurrents.

Les punaises de lit se sont répandues à d’autres logements

L’été dernier, nous rencontrions une habitante de l’Allée des Muguets qui subissait une invasion de punaises de lit dans son appartement. Une situation dans laquelle le remède repose beaucoup sur une méthode simple mais radicale, en plus de faire appel à des professionnels : se débarrasser de toutes les affaires infestées, principalement canapé et lit, et autres objets incluant du textile, ce qui peut aller jusqu’aux vêtements eux-mêmes. Mais pendant une longue période d’absence de cette habitante du rez-de-chaussée, son appartement n’aurait pas été traité, ses affaires jetées sur le pas de la porte de l’immeuble et l’infestation s’est répandue à l’appartement du dessus, où vit le couple Slamani dont la femme est en fin de grossesse au moment où elle témoigne de sa situation. Couverte de piqures sur tout le corps, son état l’empêche de prendre un traitement.

“Il ne manque plus que les rats et on a coché toutes les cases”

En outre, elle angoisse et déprime : “Ca nous exclut socialement. On ne peut plus accueillir des gens chez nous et quand on va chez les autres on se sent stigmatisés. Je n’ai plus goût à rien. Je ne profite pas de ma grossesse.” Si les choses n’étaient pas déjà assez inconfortables, cafards et humidité sont aussi apparus dans le tableau : “Il ne manque plus que les rats et on a coché toutes les cases.” Sachant que si elle veut être relogée, elle doit tout jeter, elle s’est adressée au bailleur Dynacité mais : “Ils ne sont jamais disponibles ou viennent sans rendez-vous en notre absence.” Contacté à ce sujet, le bailleur certifie qu’on n’a trouvé aucun nid de blatte ni trace d’humidité dans le logement. Quant aux punaises de lit, les protocoles ont repris au rez-de-chaussée comme au premier étage et des tests ont dû être menés fin novembre. Les résultats détermineront si une procédure de relogement peut être menée.

Le problème du manque de chauffage toujours pointé du doigt

Un peu plus loin, Allée des Lilas, on retrouve Abderrhamane Bekrar, septuagénaire bien connu des habitants de la Maladière puisqu’il a longtemps présidé l’association de quartier. Depuis des années, il se plaint de la faiblesse du chauffage dans son appartement et ceux d’autres locataires de l’immeuble. Contacté au moment des premiers grands froids de novembre, il déclare n’avoir que deux radiateurs “un peu tièdes” sur les huit équipant son logement et ne mesurer qu’une température de 13 à 15°C, bien moins donc que les 19,5 prévus dans son contrat. D’une santé fragile, M. Bekrar n’en peut plus d’exprimer année après année sa révolte face à ce problème. Il n’essaie même plus d’appeler le bailleur ou son contractant, Dalkia.
À Dynacité, on s’étonne de tout cela, le dossier étant de leur point de vue, un problème réglé. Mais on se défend aussi, face à ces différents cas, de laisser tomber les habitants de la Maladière. Le quartier est “productif en réclamations” mais de nombreuses actions techniques y sont aussi entreprises. Xavier Heier, responsable Pôle Proximité, dirait même que Dynacité en fait de plus en plus pour des quartiers comme celui-ci : “On œuvre avec la mairie pour le déploiement de services au sein des quartiers. Avec l’ADSEA, on travaille pour rapporter l’aide au devoir aux enfants.” Et s’il y a bien eu, au fil du temps, la perte des adultes relais, “il y a toujours des personnes présentes et actives sur le terrain. Et nous sommes toujours partenaires de la fête du quartier.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here