Malgré le confinement, les chasseurs ont pu reprendre les fusils

0
106
Les chasseurs sont seulement autorisés à effectuer des tirs de prélèvement sur les espèces proliférantes causant des dégâts aux cultures, essentiellement les sangliers et chevreuils

Ils ont obtenu une dérogation qui les dispense de confinement. Par arrêté préfectoral, les chasseurs de l’Ain ont été autorisés à reprendre les fusils. Mais il ne devra s’agir que d’une chasse dite “de régulation”.

Le sujet attise évidemment aisément les polémiques. Alors que le confinement est toujours en vigueur dans l’Ain, et que tout déplacement à plus d’un kilomètre de chez soi est proscrit, la Préfecture a accordé dérogation aux chasseurs.
Mais en réalité, ils ne peuvent prélever que trois espèces : le sanglier, le chevreuil, et le cerf pour les territoires ou il est présent. Cette autorisation préfectorale est l’émanation d’une décision du ministère de la Transition écologique, qui a estimé que même durant le confinement, il fallait absolument contribuer à la régulation des espèces animales susceptibles d’occasionner des dégâts notamment aux productions agricoles et forestières mais aussi aux chez les particuliers doit se poursuivre pendant le confinement. Mme le Préfet de l’Ain, a donc signé un arrêté en ce sens.
Des restrictions restent imposées, telles que la limitation du nombre de participants, ou encore, par exemple, l’interdiction de se réunir à l’intérieur des cabanes de chasse.
En 2019, dans l’Ain, près de 7.000 sangliers ont été abattus. La Fédération de chasse a dû s’acquitter d’une facture de plus de 700.000 euros pour compenser les dégâts causés dans les cultures. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here