François-Jean Santoni n’est plus

0
75

Pilier du monde sportif et associatif de Montluel pendant des décennies, François-Jean Santoni s’est éteint à l’âge de 91 ans.

C’est au cimetière de Montluel qu’au matin du 5 octobre 2020, François-Jean Santoni est parti pour sa dernière demeure. Décédé à l’âge de 91 ans, s’il ne vivait plus dans le département ces dernières années, il avait toujours son cœur là où il a tant fait pour la vie associative jusqu’à plus de 80 ans, à l’ombre du coteau au sommet duquel il repose désormais. C’est en 2011 seulement qu’il a cédé sa place à la présidence du RC Montluel Omnisports qu’il avait fondé quarante ans auparavant. Plusieurs fois médaillé pour ses actions bénévoles, dès son plus jeune âge, il s’était consacré à la vie associative d’abord chez les scouts dans les années 1940.
Mais c’est auprès des clubs sportifs qu’il marque l’histoire des associations montluistes de son empreinte. En 1944, François-Jean Santoni prend sa première licence de footballeur au Racing Club. De joueur, il passe animateur, puis, de 1959 à 1974, de vice-président à président. Individu fédérateur, précurseur, sentant que pour avoir du poids auprès des maires, il était nécessaire de donner une dimension omnisports, il milite pour élargir le RCM. Ainsi se rapprochent le football et le handball au début des années soixante-dix et François-Jean Santoni devient dès 1971 président général du RCM. Ont suivi la pétanque en 1972, le tennis en 1973, le basket en 1989 et enfin le judo en 1991. Entre-temps, il a même fait partie de ceux assez attachés aux racines de sa ville pour participer à la fondation du Comité du Vieux Montluel, devenu Comité Histoire et Patrimoine, dont il fut trésorier. Josette Pellat, membre de longue date du comité, pour qui il était aussi un ami, évoque “homme excessivement droit.” Il a laissé ce même souvenir partout, de Philippe Belair, ancien trésorier du RCM Football, à Serge Jarles qui occupe depuis six ans le poste de président du RCM Omnisport, après avoir été longtemps trésorier. Ce dernier souligne la grande rigueur de celui qui était aussi avocat conseiller fiscal, permettant de construire des dossiers béton comme pour les cours de tennis ou le pétanquodrome, et donnait une très grande importance à la bonne tenue des comptes : “Quand j’ai repris la trésorerie, j’ai passé énormément de temps avec lui. Il ne fallait pas qu’il y ait un centime d’écart. C’était aussi un homme de caractère, d’une grande ténacité. Quand il discutait avec un maire, il tenait tête. Certains doivent s’en souvenir.” Nathalie Roux, présidente du RCM Handball, se souvient de lui comme d’un “fervent supporter”, tout particulièrement quand l’équipe féminine s’était hissée en Nationale 2 dans les années quatre-vingt-dix : “Il apportait des clémentines aux filles à la mi-temps.”
Enfin, Christian Guillemot, fondateur et président du RCM Basket-ball de 1989 à 2004, devenu adjoint à la mairie à la vie associative ne pèse pas ses mots : “Il était phénoménal, très droit. Il m’a beaucoup appris en tant que président. Quand il a arrêté, j’ai eu beaucoup de peine. Ce furent vingt-cinq années magnifiques.” De l’avis de tous, définitivement, c’est une page qui se tourne dans l’histoire des associations de la ville de Montluel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here