Le dispositif de covoiturage au départ d’Ambérieu vers la plaine de l’Ain pleinement opérationnel

0
298
Quatre parcours de covoiturage sont proposés au départ de l'Ain et de l'Isère

Depuis quelques semaines, plusieurs parcours de covoiturage sont organisés pour rallier la plaine de l’Ain. Un dispositif en expérimentation qui, pour perdurer, dépendra évidemment avant tout de l’adhésion de la population locale. Explications.

Depuis le 7 septembre, le dispositif de covoiturage “Covoit ‘ici” porté par la Communauté de communes de la Plaine de l’Ain (CCPA), la Communauté de communes des balcons du Dauphiné (CCBD), et le Syndicat mixte du parc industriel de la plaine de l’Ain, est opérationnel. Son avenir dépendra maintenant de l’adhésion qu’il suscite, puisqu’il sera en expérimentation jusqu’en décembre 2021. Une dizaine de communes sont desservies par ce nouveau service, par 4 lignes. La première rejoint le Parc Industriel de la Plaine de l’Ain (PIPA) depuis Ambérieu (gare) via Leyment, Sainte-Julie, PIPA Nord, PIPA Sud, Centrale EDF
La seconde ligne débute à Meximieux (gare), puis poursuit son itinéraire via le parking Covoit’ de l’A42, PIPA Nord, PIPA Sud, et Centrale EDF.
Le troisième itinéraire s’élance depuis l’Isère, à Montalieu, via Saut-Brénaz, Saint-Sorlin, Lagnieu, PIPA Nord, PIPA Sud, Centrale EDF.
Enfin, toujours depuis l’Isère, le 4ème parcours débute à Tignieu-Jameyzieu via Loyettes, Centrale EDF, PIPA Nord, PIPA Sud. Sur ces quatre itinéraiares, Covoi’ici comprend 14 arrêts au total, pour rejoindre le PIPA ou la Centrale nucléaire et revenir.
Ce projet a plusieurs objectifs : permettre aux personnes sans permis ou sans voiture de pouvoir se déplacer plus facilement, mais aussi permettre aux entreprises du PIPA qui peinent à trouver de la main d’œuvre, d’élargir leur rayon de recrutement. Enfin, bien évidemment, le covoiturage est aussi une façon de partager son véhicule et donc de limiter son empreinte carbone.
Grâce à une application mobile, le passager n’a pas besoin de réserver à l’avance. En se plaçant à un arrêt, on reçoit une estimation du temps d’attente. Les conducteurs se géolocalisent dès qu’ils démarrent et sont indemnisés pour la mise à disposition des sièges proposés, même s’il n’y a pas de passagers à l’arrêt. Les conducteurs sans applications mobiles peuvent également partager le trajet si un passager est en attente quand ils passent, grâce à un panneau lumineux situé en amont des arrêts.
Ouverts de 4h du matin à 22h, les trajets sont, en principe, garantis sur 3 plages horaires : 6h-9h, 12h-14h, 16-19h, la ligne étant néanmoins ouverte sur une plage horaire plus large de 4h du matin à 22h. Cette “garantie” permet à tout passager qui n’est pas parti au bout de 10 mn, de bénéficier d’une prise en charge, et de se voir offrir une solution de remplacement pour son acheminement, sans aucun surcoût.
Les passagers ne versent que 0,50E par trajet. De leur côté, les conducteurs inscrits reçoivent à chaque trajet (dans la limite de 2 trajets par jour) 0,50E pour la mise à disposition de leurs sièges libres (pour tout trajet réalisé entre 4h et 9h, 12h et 14h, 16h et 22h), ainsi que 1E par passager transporté.
Quatre “hubs” de mobilité ont été installés, à Ambérieu-en-Bugey, Meximieux, au nord du PIPA et à la centrale du Bugey. Ces hubs matérialisent les arrêts et offrent un espace d’attente fonctionnel, permettant notamment à chacun de s’informer par voie numérique des solutions les plus adaptées à ses besoins (trains, bus, covoiturage, vélos…). Sur les emplacements des hubs d’Ambérieu et Meximieux, les voyageurs bénéficient en outre, de bagageries connectées, proposées par l’entreprise “Casebook” pour entreposer leurs affaires avant de prendre le covoiturage ou un bus.
À noter enfin que depuis très récemment, dans le PIPA, des vélos à assistance électriques en libre service sont à disposition pour éventuellement parcourir les derniers kilomètres afin de rejoindre son lieu de travail.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here