Fantine et Stéphane luttent pour récupérer leur enfant

Témoignage

0
381

Fantine et Lucas sont parents de deux enfants âgés de 3 ans et 1 an. Il y a un an tout juste, leur vie bascule lors d’une visite aux urgences. Les examens révèlent que leur bébé Lucas aurait été victime de maltraitances. C’est le début d’une longue descente aux enfers qui se traduit par le placement de Lucas. Eux ont toujours nié farouchement toute maltraitance. Depuis ils luttent pour récupérer leur enfant mais personne ne semble les entendre. Avec le temps, ils ont découvert que de nombreux autres parents vivent leur calvaire. Ils ont donc décidé de créer l’association “Tous unis pour Lucas”.

Pour commencer, expliquez-nous. Que s’est-il exactement passé le 22 février 2019 ?
Ce jour-là, je décide d’emmener mon petit Lucas aux urgences pour la cinquième fois car il vomissait, il était toujours passif et douloureux. Lucas a un passif médical compliqué et ce depuis in-utéro. J’ai simplement suivi mon instinct de mère. Mais à cet instant précis, notre vie a basculé : un scanner va dévoiler des hématomes sous-duraux. Son état nécessite de l’hospitaliser dans un établissement qui se trouve à deux heures de chez nous. Le lendemain, les médecins feront des examens complémentaires qui révéleront  des symptômes du syndrome du bébé secoué. Sauf que nous n’avons jamais maltraité notre enfant. À partir de là, le médecin va adresser un signalement auprès du procureur et c’est pour nous, véritablement le début du cauchemar. Lucas est placé depuis le mois de mars 2019, aujourd’hui notre famille est meurtrie par tout cet acharnement. On vit au rythme des courriers des services sociaux de la justice, chaque événement est un nouveau traumatisme. À ce jour Lucas va bien, son hématome est résorbé et il évolue bien, mais nous vivons évidemment très mal cette situation. La séparation est traumatisante et cela nous paraît interminable. Nous n’avons rien à nous reprocher, nous n’acceptons pas ce placement abusif même si l’on peut comprendre le principe de précaution.
Après de multiples recours, vous tentez d’autres actions pour faire valoir vos droits. Que pouvez-vous nous en dire ?
Nous essayons déjà d’expliquer notre combat et nous avons découvert que nous ne sommes pas un cas unique. Aujourd’hui, en France, de nombreuses familles traversent cette épreuve difficile. Nous essayons donc, de médiatiser notre histoire et de récolter des fonds par le biais de manifestations pour payer nos frais de justice. Nous avons besoin d’en parler, de faire connaître notre histoire pour affronter cette dure épreuve de la vie ; nous cherchons du soutien et des réponses à nos questions. Nous avons fait notre première manifestation en décembre 2019, elle nous a permis de prendre quelques contacts et d’informer la population. Afin de  faire connaître notre histoire, nous avons créé l’association “Tous unis pour Lucas”. Elle nous permet d’échanger avec d’autres sur le diagnostic erroné du syndrome du bébé secoué, qui touche de nombreuses familles qui n’ont pourtant rien à se reprocher. 
Est-ce que vous êtes autorisés toutefois à voir Lucas ?
Seulement trois heures par semaine qui se décomposent en une heure à la pouponnière et deux heures à notre domicile le vendredi…Mais nous ne sommes jamais seuls.
Vous allez organiser un troc prochainement, dont les bénéfices serviront à soutenir vos actions. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?
C’est une première édition. Les exposants pourront vendre toutes sortes d’objets, de vêtements, comme le principe du vide-greniers. Cela aura lieu le 16 février de 5h30 à 17h30 à la salle des fêtes de Chazey. Nous allons également vendre des tee-shirts au nom de l’association ainsi qu’un livre écrit par l’association “Adikia” qui comporte beaucoup de témoignages de parents accusés a tort.
Quelles sont les prochaines étapes maintenant pour vous ?
L’audience de L’appel devant le juge des enfants  qu’il y aura prochainement, et le résultat de l’expertise médicale. Nous espérons un retour de Lucas, on y travaille beaucoup avec les services compétents.
Un dernier mot ?
Nous attendons beaucoup de vous tous, qui lirez ce texte. Nous avons besoin d’aide pour récupérer notre petit Lucas et sortir de ce combat. Le soutien des autres est important pour nous, que la justice puisse nous éclairer et enfin, prouver notre innocence et apporter les réponses à ce qui a pu provoquer les hématomes de notre fils. Le diagnostic erroné du SBS (syndrome du bébé secoué) doit cesser, Il est à l’origine de nombreux traumatismes au sein de familles accusées à tort de maltraitance, des familles détruites, Beaucoup ont été innocentées, mais le mal est fait ! Le traumatisme est là, à vie. Nous remercions toutes les familles, les habitants de notre commune, les amis et bien sûr les bénévoles qui nous aident activement pour les distributions de tracts et pour les manifestations. C’est pour nous un immense réconfort.

Tous unis pour Lucas
251 route de Rignieu 
01150 Chazey
Tel : 06.34.89.22.72 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here