Le maire candidat pour un second tour de mandat

Elections municipales 2020

0
430

Daniel Fabre, actuel maire d’Ambérieu, l’a confirmé lors d’une conférence de presse la semaine passée : il est candidat pour un second tour de mandat à la tête de la cité bugiste. Une décision prise à titre personnel “au regard des enjeux que peut représenter l’avenir d’Ambérieu” mais aussi à titre collectif sachant, comme l’a prouvé à ses yeux ce premier mandat, qu’il peut compter sur une équipe engagée dans les dossiers.

Pour appuyer sa candidature, le maire-candidat fait valoir le bilan de l’équipe municipale, bilan qu’il résume en quelques mots “engagement, innovation et rigueur budgétaire”, et réalisé par une équipe à qui il avait demandé de faire preuve “d’imagination, de créativité” pour ne pas que ce mandat devienne “morne plaine”.
Notamment, il listait ainsi dans le domaine de la solidarité la création de jardins partagés, d’un Noël solidaire pour les enfants des associations caritatives, le projet Haissor, bâtiment qui mêlera une salle de restauration pour les élèves de l’école du centre-ville et des logements dont une partie adaptée aux personnes âgées, et aussi le budget du CCAS qui a grimpé de +30% depuis le début de son mandat. Sur les plans énergétique et environnemental, il rappelait le contrat d’efficacité énergétique passé pour remplacer à terme toutes les chaudières des bâtiments communaux afin de moins consommer, la mise en place du fauchage raisonné et de la certification “Zéro phyto” sur le domaine public, d’un éco-pâturage aux Allymes et la diversification des menus de la cantine en utilisant des circuits courts, du bio, et aussi en mettant en place un menu végétarien à la dernière rentrée scolaire “bien avant l’obligation de la loi”. Dans le domaine culturel et patrimonial, Daniel Fabre n’a pas omis de rappeler le vaste chantier qui se termine au château des Allymes pour restaurer ce patrimoine ancien d’Ambérieu avec un reste à charge de 20% pour la commune grâce au lancement d’une souscription. Il a aussi évoqué l’optimisation du réseau de vidéosurveillance et la mise en place de la “Participation citoyenne” dans différents quartiers dans le domaine de la sécurité publique. Des réalisations peu visibles ont aussi été menées comme la mise en place de la fibre optique pour relier les bâtiments communaux entre eux, et la pose de colonnes Morris “qui ont contribué à une meilleure propreté visuelle de la ville”, d’après lui, même s’il a dû essuyer quelques quolibets à ce sujet. Et il y a eu aussi des projets plus importants comme l’agrandissement de la médiathèque, la création de nouvelles pistes cyclable, les travaux avenue De Lattre de Tassigny et rue Pellaudin, et le début du contournement nord de Tiret.

Ce qui n’a pas été fait

Mais il y a eu aussi des promesses de campagne qui n’ont pas été réalisées comme l’aménagement d’un city-stade dans chaque quartier, la construction d’une nouvelle école à Tiret et la création d’une maison des associations. Daniel Fabre expliquait avoir dû changer son fusil d’épaule, préférant mettre 1 million dans la rénovation des gymnases au lieu de construire des city-stades et ayant constaté que les effectifs scolaires étaient stables depuis plusieurs années, ce qui ne justifiait plus de nouvelle école. Le projet de rénovation de l’école Jean Jaurès devrait d’ailleurs permettre de dégager de nouveaux espaces pour créer de nouvelles salles de classe.
Et il a aussi fallu procéder à des choix budgétaires dans un contexte financier contraint par la baisse des dotations, et assumer également de nouveaux gros dossiers tombés durant ce mandat, comme la Politique de la Ville et ce qui allait en découler pour le quartier Gare, avec l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine qui mêle l’Etat, la communauté de communes, la ville d’Ambérieu, la Région, le Département, la Caisse des Dépôts et les bailleurs sociaux pour transformer ce quartier durablement et améliorer les conditions de vie.

“1er VRP d’Ambérieu”

En donnant la priorité à ces gros dossiers plutôt qu’à certaines de ses promesses de campagne, durant ce mandat qui s’achève, Daniel Fabre a été qualifié d’ “opportuniste” et aussi de “1er VRP de la ville”. Mais il se défend d’avoir saisi les opportunités et son bâton de pèlerin au bénéfice d’Ambérieu. Et avec des résultats selon lui. “L’agrandissement du lycée, la création du 1er Fab Lab du département, l’Agora, le Service Militaire Volontaire, le campus de l’aéronautique à venir, le nouveau gymnase en construction, les premiers éléments du quartier des savoirs en face de la gare, la mise aux normes de la gare à partir de février prochain… Que des éléments d’infrastructure nécessaires à cette ville, mais qui sans partenaires ne pourraient voir le jour”. Il rappelait ainsi quelques sommes investies ou à venir au bénéfice d’Ambérieu : 35 millions pour le lycée de la plaine de l’Ain, 5 millions pour son gymnase et 1,8 million pour l’opération “Cœur de ville” qu’il a fallu présenter rapidement.
Daniel Fabre exprimait deux regrets dans son bilan : d’une part que l’opération ANRU ait mis autant de temps à être signée, ce qui a retardé le projet de réaménagement de la place Sémard et de construction d’un nouveau centre-social. Mais surtout, il regrette “l’immobilisme de la mandature précédente car nous avons mis 6 ans à rattraper le temps perdu (pour l’extension du lycée et le réaménagement de la gare notamment. N.D.L.R.)”. Il estime également qu’au sein de la communauté de communes de la plaine de l’Ain Ambérieu a aussi retrouvé toute sa place grâce à des liens renforcés avec la CCPA.

Une liste bouclée

Investi par l’UDI, le parti auquel il adhère depuis plusieurs années, pour les prochaines Municipales, Daniel Fabre n’apposera cependant pendant le logo du parti sur ses affiches de campagne. A ses côtés dans sa liste de 33 noms, bouclée d’après lui, il y aura des têtes connues comme Sylvie Sonnery, adjointe déléguée aux Affaires Sociales, et Christian De Boissieu, adjoint en charge de l’urbanisme, des voiries et des bâtiments communaux qui repartent eux aussi pour un second tour. Mais il y aura également de nouvelles recrues dans une liste qui se veut ouverte, comme Liliane Blanc-Falcon, retraitée de l’Education nationale de retour dans sa ville natale, ex-présidente de l’ancienne communauté de commune de la Vallée de l’Albarine et ex-1ère adjointe du conseil municipal de Tenay, tendance centre-gauche, et Aurélie Petit, ingénieure, co-listière lors des Municipales de 2014 du candidat Christophe Fortin (Les Républicains) dont la liste arrivée seconde derrière celle du maire au 1er tour s’était destituée pour laisser la place à celle de Daniel Fabre, face à une gauche divisée qui avait maintenu 2 listes au second tour.
Quant aux projets, le maire-candidat n’a pas voulu en dire beaucoup, sinon de poursuivre ceux déjà engagés dans les tuyaux comme la rénovation de l’école Jaurès et du gymnase Saint Exupéry, la reconfiguration de la place Sémard, l’opération “Cœur de Ville” ou encore l’installation d’un maraîcher aux Seillières.
On devrait en savoir plus dans les prochaines semaines sur les intentions du maire sortant pour Ambérieu et les 6 prochaines années.
Pour sa part, Christophe Fortin, que l’on s’attendait à trouver aux côtés du maire, déclarera officiellement ses intentions en vue des Municipales le 16 décembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here