Des fresques du XVème siècle dévoilent leurs secrets

0
571
Avant de débattre en conseil, les élus saints-mauriots ont écouté attentivement les explications de la restauratrice

Avant la réunion du conseil municipal de décembre, les élus de la commune de Saint-Maurice-de-Gourdans ont effectué une visite insolite du chantier de restauration des fresques de l’église qui a fait apparaître deux découvertes intéressantes.

Depuis le mois de juillet 2019, les travaux de rénovation ont démarré à l’intérieur de l’église romane du village. “Le chantier avance rondement. Les entreprises qui s’occupent des décors peints et de la maçonnerie font un travail remarquable. On est dans les temps, tout va bien” explique Sylvain Gréa, conseiller municipal en charge du suivi des travaux. Telle une œuvre d’art, des échafaudages ont été installés à tous les niveaux de manière à pouvoir restaurer les fresques datant du XVème siècle. Le coût de ce chantier d’envergure, qui doit se terminer l’été prochain, est de l’ordre de 870.000 euros TTC. “On est largement subventionné et aidé par l’État, en particulier par la DRAC. La Région, le Département et le CCPA apportent aussi une grosse participation financière” souligne Sylvain Gréa.
La semaine dernière, juste avant la tenue du conseil municipal, les élus étaient invités à visiter les travaux en escaladant les multiples échafaudages. Une visite fort passionnante, au plus près des fresques, sous la conduite de Laure Flammang, conservatrice restauratrice de peintures murales qui travaille sur le chantier. Cette dernière a présenté aux élus les incroyables découvertes faîtes depuis le début des travaux : “On a découvert des décors anciens qui n’avaient pas été répertoriés dans le cadre de l’étude, notamment au niveau du transept sud où un décor floral est apparu dans une baie qui avait été occultée au XIXème. Ce décor floral est contemporain de la scène de l’Annonciation et met en valeur une baie d’architecture romane. On a aussi découvert au niveau du transept nord, dans le cul-de-four, la représentation d’un décor de fausse architecture avec des baies en plein cintre, des chapiteaux et des colonnettes. En fait, ce décor de fausse architecture reprend l’architecture actuelle du chœur de l’église. Ils ont essayé de reproduire le chœur de l’église en trompe l’œil avec de la peinture”. Pour cette restauratrice professionnelle, ce chantier demeure particulier : “Ici, les peintures ont 600 ans. C’est sûrement le plus grand ensemble de peintures murales du XVème dans l’Ain. L’objectif de ces peintures, à l’origine, était de raconter des histoires car les gens ne savaient pas lire. Entre le Baiser de Judas, le Jugement de Pilate, la Flagellation du Christ et le Portement de la Croix c’est extrêmement narratif. Il y a environ 150 m2 de décor peint. Dans la nef, on a calculé qu’on aura dérestauré rebouché et retouché entre 40 et 50.000 trous ! Notre but est de retrouver de la visibilité puis de la lisibilité grâce au travail de retouche. Chaque peinture murale est une pièce unique”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here