3CM : Le transport à la demande arrive

0
434

“Un vrai progrès”, “une belle aventure”, en conseil, les élus de la communauté de communes ont plébiscité la création d’un tout nouveau service de transport à la demande sur le territoire de la 3CM.

Se lancer dans de nouvelles expériences, c’est ce qui a caractérisé le conseil communautaire de la 3CM du 14 novembre. Cela a commencé par les premiers essais du vote électronique lors des délibérations qui ne se sont faits sans que quelques voix se perdent dans la brume numérique, au point que le dernier vote concernant la validation du système se fasse à main levée. Cela n’a pas empêché la validation des 19 sujets à l’ordre du jour au milieu desquels le développement “à titre expérimental” d’un service de transport à la demande (TAD) avec une prise en charge et une dépose des usagers à des points d’arrêts prédéfinis. Suite à un avis d’appel public à la concurrence, la commission d’appel d’offres a jugé celle de la société Cars Philibert économiquement la plus avantageuse pour servir de prestataire pour exploiter ce service. Si le coût pour la communauté de communes s’élèvera à 406.000 euros sur quatre ans, les recettes annuelles prévues sont évaluées à 12.000 euros : “C’est un service public qu’on offre” précise Philippe Guillot-Vignot, président de la 3CM. “C’est important pour les petites communes, renchérit Marc Grimand, maire de Pizay. Pour les enfants qui peuvent rejoindre les équipements sportifs et pour rejoindre les lignes de cars.” Bernard Simplex, maire de Dagneux, souligne aussi l’importance de cette offre de mobilité pour les anciens : “C’est un vrai progrès.” Ce service démarrera en février, avec un véhicule pouvant transporter jusqu’à 8 passagers – quoique non-adapté aux personnes à mobilité réduite – au tarif d’1 euro par voyage et par personne avec déclenchement même pour un appel. “C’est une belle aventure qu’on va tester” affirme Philippe Guillot-Vignot. Pour en savoir plus, une réunion publique est programmée le 20 février à 19h.
Autre nouveauté qui commencera également à sortir de terre en février : le nouveau pôle sportif communautaire qui devra réunir gymnase, salle de boxe et dojo en un même lieu tout neuf dans la ZAC Cap&Co, donc en face du nouveau siège de la 3CM. Ce conseil a permis de présenter les entreprises choisies pour ce chantier dont le coût doit s’élever à près de 4,5 millions d’euros. La cérémonie de la première pierre est prévue pour le 21 février. Sur un autre point, où les premiers jalons ont également été posés pour l’avenir, le nouveau Programme Local de l’Habitat (PLH) a été décrit. Élaboré comme un document d’orientations et d’objectifs, il doit permettre de définir un programme d’actions à mettre en œuvre pour une période de six ans. Plusieurs options sont données, allant de l’importance d’assurer une offre de logements diversifiée au problème de lutte contre la vacance des logements (quoique jugé peu courant sur la Côtière, il toucherait principalement Montluel), en passant par l’expérimentation de formes de logements alternatives (colocation, logement inter-générationnel) et la création d’un second logement d’urgence sur le secteur. “Ce sont des exemples, on ne peut pas être sur tous les tableaux. En face de certaines actions, des financements, donc des choix à faire” prévient le président de la 3CM. Mais compte-tenu du calendrier électoral, il est pour l’heure laissé à la future assemblée délibérante d’engager cette dernière phase. F.D.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here