Pierre Amey, peintre aux 100 œuvres

Portrait

0
777

Pierre Amey est un artiste-peintre amateur, doté d’un sacré talent. Une passion qui remonte à bien loin et qui ne semble pas se tarir. Elle lui permet d’exprimer ses émotions dans son jardin leymentais, terrain fertile à son inspiration.

Son parc est un véritable havre de paix. Un espace propice à laisser son inspiration vagabonder et ses émotions s’exprimer. Pierre Amey aime à s’y isoler, partageant son temps avec son épouse Georgette entre le village de Leyment et sa résidence dans les hauteurs de Lyon. Deux vies, deux mondes qui l’inspirent et l’aident à canaliser sa créativité pour l’exprimer par l’exercice de son art. Âgé de 84 ans, malgré le temps qui fait son travail, Pierre Amey n’imagine pas arrêter de peindre. Son souci du petit détail, n’en finit d’ailleurs toujours pas d’étonner sa première fan, son épouse Georgette. Originaire de Villeurbanne, Pierre Amey a effectué une partie de sa scolarité sur la Côtière, puis il est parti à Cluny en classe technique, empruntant une filière “arts et métier”. Il termine ses études avec l’équivalent d’un BTS mais rejoint ensuite l’école des officiers de la marine marchande. Un métier pas évident pour un Lyonnais, si bien qu’il décide de revenir près des siens lors de son entrée dans la vie active. Puis il va être embauché dans un bureau d’études en tant que dessinateur en région Parisienne, avant de revenir à Lyon, jusqu’à sa retraite. C’est là qu’il rencontrera Georgette, sa future épouse en 1957. Mais son véritable goût pour la peinture ne viendra que plus tard. Ainsi, en 1990, en allant à Culoz et au musée de Lochieu, il va rencontrer l’homme qui va lui donner envie de se lancer : le peintre Jo Tronchon. Une rencontre qui va bouleverser sa vie. Jo Tronchon va lui enseigner certaines techniques et beaucoup lui apprendre. Son choix se porte sur le pastel qui semble mieux lui correspondre. Pierre Amey se met à peindre, notamment des têtes de femmes, pour la plupart issues de son imagination, mais aussi des monuments, de Leyment notamment. L’histoire et le patrimoine occupent une place importante dans ses sujets d’inspiration, mais il aime aussi peindre des fleurs et toutes sortes de natures mortes. Au fil du temps, Pierre Amey a participé à de nombreuses expositions. On l’a notamment vu “Jardin des arts”, qui durant des années était un événement majeur, attirant une foule considérable. Il a pris part avec succès à de multiples expositions collectives, localement à Chazey, Rignieu, mais aussi dans tout le département et dans le Rhône. Il a contribué à l’épanouissement de la Maison Panis, où pendant des années il distillait des conseils aux jeunes durant les ateliers d’été. Aujourd’hui encore, il continue de peindre. Un bel atelier en bois lui permet de stocker son matériel et d’opérer méthodiquement : “c’est beaucoup de travail pour moi, notamment de l’investigation, à partir de photos, ou de cartes postales” explique-t-il. Parallèlement, il collabore avec une association de prévention routière en lien avec une assurance et parcourt les écoles du Rhône afin de sensibiliser les élèves. Pour l’ensemble de son investissement, Pierre Amey, a d’ailleurs été élevé au grade de Chevalier des palmes académiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here