Il boucle son premier Ultra-Trail du Mont Blanc en… sandales !

0
840

En août dernier, Julien Picard qui est licencié au club Courir Nature de Saint-Jean-de-Niost, a réussi un incroyable défi : parcourir les 171 kilomètres et 10.042 mètres de dénivelé positif du célèbre Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB) chaussé de sandales.

Originaire de Lyon, Julien Picard est un fidèle du camping des Amis de la nature qui pratique la course à pied, de manière assidue, au sein de Courir Nature. Après avoir débuté par des trails et des semi-marathons, cet ancien footballeur amateur est devenu ultra-traileur. “Il y a dix ans, pour mes 30 ans, j’ai participé à la Sainté Lyon avec mon cousin. D’année en année, on s’est mis à surenchérir avec des courses de plus en plus exigeantes comme l’Ultra-Trail du Vercors et Sur les Traces des Ducs de Savoie (TDS)” confie l’intéressé qui exerce le métier d’agent d’assurance. Grâce à ses points obtenus sur plusieurs ultra-trails, Julien Picard a décidé, à l’approche de ses 40 ans, de se lancer un défi fou : participer à l’UTMB sans chaussure mais avec des sandales. “J’ai attendu trois ans avant de pouvoir avoir un dossard par tirage au sort. Cela m’a finalement permis d’opérer ma transition vers la course minimaliste”. S’il n’est pas pieds nus, il court simplement avec des sandalettes “indestructibles” d’environ onze millimètres d’épaisseur. “Le plaisir de courir en sandales, c’est inexplicable. Le vent caresse le pied et je me sens vraiment libre. Pour progresser, c’est le top du top pour moi !” sourit l’athlète, très posé et cartésien. “Au début, on se dit que c’est impossible, on ne fera jamais ça dans sa vie. Et puis, on se rend compte qu’à force d’entraînement et d’abnégation, on y arrive. L’important c’est d’y croire et d’essayer”. Doté d’un mental de fer, Julien Picard qui s’était fixé de finir l’épreuve entre 35 et 40 heures, a connu bon nombre de péripéties. Victime de maux d’estomac après le 50ème kilomètre, un orage de grêle salvateur a eu pour effet de le booster. “La seule inconnue, c’était la gestion de mon sommeil et le fait de passer la nuit dehors. Comme j’étais bien préparé, je n’ai pas eu de courbature… En fait, c’est surtout une fatigue qui était profonde” raconte celui qui termina au 876ème rang des finishers (sur 2.500 participants dont 1.000 abandons) en 42 heures, 2 minutes et 50 secondes, le seul classé en sandales. “Cette course a définitivement une place unique dans mon Histoire de vie. Ça dépasse le sport. Tout ce que j’aime, le partage” conclut Julien Picard qui entend postuler de nouveau l’an prochain afin “d’éclater les compteurs”. D’ici là, ce coureur atypique ressortira ses sandales pour le half marathon des sables au Pérou et le marathon de Paris. L’Ain en courant mais à pieds nus figure aussi parmi ses prochains objectifs.

Plus d’infos et de photos sur la page Facebook Juju Le Raramuri

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here