Jean-Luc Ramel se lance dans la bataille des Municipales

0
226

Premier adjoint au maire depuis quatre mandats, Jean-Luc Ramel conduira la liste “Horizon 2020-2026, des projets pour Meximieux” lors des prochaines élections de mars.

Âgé de 54 ans, marié et père de trois enfants, Jean-Luc Ramel réside la commune depuis 40 ans. Issu d’une vieille famille meximiarde, cet architecte urbaniste est élu municipal depuis 1995. “Je suis tombé dedans quand j’avais 28 ans. Christian Bussy m’a demandé de faire partie de sa liste. J’ai fait quatre mandats avec lui en tant que premier adjoint en charge de l’urbanisme et du développement de la ville” confie l’intéressé, étroitement lié avec le maire en place. “Avec Christian, c’est une belle histoire d’amitié. C’est un grand humaniste, un homme d’écoute, il n’y en a pas beaucoup”. Parallèlement, Jean-Luc Ramel est investi de longue date dans la vie associative locale. Depuis 18 ans, il fait partie de l’EMD Rugby, son “club de cœur”. Ancien joueur et éducateur, il préside cette association depuis 2011. “Le rugby, cela me transpire jusqu’au bout des doigts, c’est une vraie passion” reconnaît cet ancien troisième ligne, formé à l’US Oyonnax. Pour l’anecdote, son père tenait autrefois une brasserie qui était le siège de l’USO. Moniteur de tennis durant ses années étudiantes, il a aussi présidé le club de tennis de Rignieux-le-Franc, aujourd’hui disparu.
Fort de ses 24 années d’expérience au sein du conseil municipal mais aussi de son engagement associatif, Jean-Luc Ramel se sent prêt à endosser le costume de maire et ce, pour plusieurs raisons : “Christian Bussy a souhaité prendre un peu de recul, ce que je comprends tout à fait. La fonction municipale, on ne la vit pas pour soi mais au service des autres, un peu comme dans un club. Faire des projets, c’est passionnant. En fait, mon leitmotiv, c’est rendre service à la population. Et puis, je souhaite continuer tout ce que l’on a enclenché depuis très longtemps avec Christian Bussy. Par exemple, le lycée est inscrit dans notre programme depuis 1995. La vertu d’élu, c’est la patience”.

“Impliquer les habitants dans la vie de leur commune”

Acceptant de prendre la tête de liste sans la moindre hésitation, le premier adjoint sortant a “une vraie envie de continuer avec des hommes et des femmes qui ont envie aussi”. Sa liste de 29 personnes est déjà constituée avec “des élus actuels mais aussi des nouveaux visages de Meximieux, de toute obédience politique” précise-t-il. Et d’ajouter : “On va être clair. Je ne suis pas de gauche, ça se saurait (sourire). Comme Christian, je suis divers droite. Mais il y a des gens de toute tendance politique sur la liste. L’idée, c’est construire Meximieux ensemble”. Bien que s’inscrivant dans la continuité de la politique menée par Christian Bussy, Jean-Luc Ramel entend cependant apporter “une certaine nouvelle tâche de modernité” en privilégiant davantage “l’urbanisme participatif”. En complément des réunions de quartiers, le candidat souhaite constituer “des petits comités de travail extra-communaux qui travailleront sur les projets et échangeront avec les commissions municipales. Le but est vraiment d’impliquer les habitants dans la vie de leur commune”.
Dans les grandes lignes, le programme de sa liste s’articule autour de six principaux axes : “s’inscrire dans le développement durable du XXIème siècle, l’urbanisme au quotidien avec notamment la création d’un anneau vert de 5 kilomètres et la poursuite du plan vélo déplacement et du plan mobilité piéton, les grands équipements avec le lycée et son gymnase, le devenir des stades de la Prairie en incluant le tennis, continuer le réaménagement du parc du château qui est un phare pour la ville et, pour finir, le volet social avec entre autres, la création d’une maison des familles”.
Enfin, que pense-t-il de Mohammed El Maroudi, le référent départemental d’En Marche, qui semble le mieux armer pour monter une liste d’opposition ? “La démocratie est là, chacun est libre de faire ce qu’il désire. Et heureusement. Peut-être qu’il y aura d’autres listes, je ne sais pas. J’espère que la campagne se fera dans une démarche constructive et une logique de projets. Il y a des bornes à ne jamais dépasser” conclut Jean-Luc Ramel dont la liste “Horizon 2020-2026, des projets pour Meximieux” disposera tout bientôt d’une page Facebook.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here