La rue Bonnet et la rénovation du gymnase du collège au cœur de l’opération “Cœur de Ville”

Centre-ville

0
229

Les études se terminent pour le dispositif “Cœur de ville”. La Région a décidé de participer elle aussi à cette action à travers un fonds de 1,8 million d’euros, mais à condition que les premiers coups de pelle interviennent avant la fin de l’année prochaine. Ce qui devrait être fait dès début 2020.

Au printemps 2018, la ville d’Ambérieu apprenait qu’elle avait été retenue avec 220 autres villes de France comme Bourg et Oyonnax dans le dispositif gouvernemental “Cœur de ville”, une action qui vise à redynamiser le commerce dans les centres urbains et à améliorer également l’habitat. Un an et demi plus tard, les études se finalisent pour signer la convention d’ici la fin de l’année. L’ANAH et la Caisse des Dépôts seront les partenaires financiers de la ville, ainsi que le conseil régional AURA qui a décidé de participer lui aussi à ce dispositif en injectant 1,8 million d’euros, mais à condition que les premiers travaux soient enclenchés avant le 31 décembre 2020. Ce qui devrait être fait grâce à deux projets que la ville avait sous le coude.
Afin de rendre le centre-ville plus agréable et attractif, habitat, commerces, mobilité, espaces publics et services sont les grands thèmes de travail qui ont été définis sur un périmètre qui court grosso modo le long de la rue Bérard, sans toutefois aller jusqu’à Tiret, et sur une partie de la rue Bonnet. Le rendu des études doit être connu en ce mois d’octobre pour peaufiner le dossier, et certains points sont plus ou moins avancés comme le projet qui porte sur les Quatre-Coins, un secteur ancien d’Ambérieu où un incendie avait eu lieu il y a tout juste un an. Pour les Quatre-Coins, la commune a recours à l’Etablissement Public Foncier de l’Ain qui fait office de portage financier pour l’acquisition des immeubles côté gauche allant de l’ancien bar l’Arlequin jusqu’au passage voûté, voire jusqu’à l’église si possible. La commune possède certains immeubles mais il en reste encore trois à acquérir. Une opération de démolition est d’ores et déjà programmée pour cet ensemble, mais il reste à définir ce qui sera fait en lieu et place. Une ouverture pour aérer la place Marcelpoil ? Un nouveau bar ? Logements et commerces ? A définir. Une réflexion est aussi toujours en cours au niveau du Champ de Mars, place en plein cœur du centre-ville où se déroulent les marchés des samedis et mercredis et des animations lors d’événements particuliers.
Avec les élections municipales de l’année prochaine, ce sera à la future équipe de porter une partie des projets “Cœur de ville”. Mais certaines actions devraient être mises en œuvre d’ici cette échéance, grâce à deux dossiers sur lesquels la municipalité a travaillé et qui ont pu être inclus dans “Cœur de ville”. L’adjoint Christian de Boissieu a pu ainsi ressortir des cartons le projet de rénovation du gymnase Saint Exupéry, mis de côté pour des questions budgétaires. Le plus vieux gymnase d’Ambérieu a en effet besoin d’un bon coup de neuf estimé à plus d’un million d’euros, pour refaire toute son isolation, le mettre aux normes d’accessibilité et pour procéder à des améliorations fonctionnelles au niveau des vestiaires. La réponse des entreprises aux appels d’offres sera connue le 21 octobre, la Région subventionnera 70% des travaux, il faudra ensuite inscrire ce projet sur le budget municipal.
Le projet le plus avancé qui permettra à la ville d’être dans les clous de la date butoir pour bénéficier de la manne de la Région est le projet “Haissor”, pour Habitat Intégré Service Solidaire Regroupé. Cette action du conseil départemental de l’Ain qui découle de son plan Seniors a pu être intégrée dans l’opération “Cœur de ville”. A Ambérieu, une ancienne bâtisse située rue Jacquinod va être démolie pour construire en lieu et place 21 logements sociaux dont 8 Haissor pour les personnes âgées, des locaux pour l’ADMR-association de services à la personne, notamment aux personnes âgées- et en rez-de-chaussée, une salle de restauration pour les enfants du groupe scolaire Jules Ferry juste à côté. Grâce à une participation de la Région de 70% du montant, la commune va acquérir la salle de restauration scolaire, toute équipée, en VEFA auprès du bailleur social Dynacité, au prix de 800.000e environ. Les premiers coups de pelle pour la démolition du vieil immeuble auront lieu après les travaux d’assainissement du STEASA rue Jacquinod, en janvier prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here