Il forme des chiens d’assistance pour des personnes en situation de handicap

0
829
Christophe Brun avec son labrador Ouke, en cours de formation

Depuis 2011, le charnozien Christophe Brun fait partie de l’association Handi’Chiens qui a pour mission, d’éduquer et de remettre gratuitement des chiens d’assistance à des personnes en situation de handicap.

Originaire de Saône-et-Loire, Christophe Brun réside le village depuis 4 ans. Ingénieur informatique dans une start-up lyonnaise, cet homme marié et père d’un adolescent de 15 ans, a fait le choix de venir s’établir à Charnoz/Ain “pour son calme” et sa “situation géographique”. Participant régulièrement aux ramassages collectifs des déchets organisés par l’association Sibelle, cet habitant aime se balader sur la commune. “Cela permet de passer du bon temps même si on ne devrait pas avoir à le faire” confie l’intéressé dont l’épouse Clotilde occupe le poste de secrétaire du comité des fêtes reconstitué.
En 2011, par l’intermédiaire de son fils, atteint d’une maladie orpheline qui touche les muscles, il découvre par hasard l’association Handi’Chiens. “Un jour, on a vu un petit garçon en fauteuil qui a fait tomber sa casquette. Son chien l’a ramassé et lui a redonné. Cela nous a scotchés ! Grâce à la cape bleue que portait le chien, on a eu connaissance de Handi’Chiens” explique Christophe Brun qui s’est rendu aux portes ouvertes de cette association basée à Marcy l’étoile dans l’Ouest lyonnais. Celle-ci, créée il y a tout juste 30 ans et reconnue d’utilité publique depuis 2012, compte cinq centres à travers la France dont celui de Lyon qui est le plus important. “Son but est de former des chiens d’assistance pour les personnes en situation de handicap. Elle forme près de 150 chiens par an, ce qui est peu par rapport à la demande des bénéficiaires. Ces derniers peuvent attendre parfois jusqu’à deux ans pour avoir un chien” souligne ce bénévole qui a souhaité s’investir pleinement au sein de Handi’Chiens en devenant famille d’accueil. “Il faut que le chien soit bien dans ses pattes car il y a un lien social qui se fait. Souvent, une personne seule en fauteuil est invisible. Avec un chien, on commence à lui parler”.

Deux années de formation

“Un chien d’assistance nécessite deux ans de formation. Pendant un an 1/2, il est dans une famille d’accueil dont le rôle est de le sociabiliser, le former aux premières commandes, c’est-à-dire des gestes de la vie courante comme ouvrir ou fermer un placard par exemple… En fait, tout ce qu’une personne a du mal à faire en fauteuil. Cela représente, en tout, une trentaine de commandes. Puis, le chien intègre l’école “des grands” à Marcy avec des commandes plus techniques afin de définir son orientation future. La formation se termine par une cérémonie de remise du chien avec sa laisse à la personne bénéficiaire. C’est toujours un grand moment d’émotion car on s’attache au chien que l’on voit grandir et évoluer, c’est comme un compagnon de vie” reconnaît Christophe Brun qui forme aujourd’hui son quatrième chien. Devenu “incollable” sur le labrador, ce dernier tient toutefois à préciser que “le chien n’est pas un robot, il faut parfois ruser et arriver à le détendre”.

Pour éduquer un chien, 15.000 euros sont nécessaires

Plusieurs types de chiens sont formés : le chien d’assistance pour les personnes en fauteuil par exemple, le chien d’éveil pour des enfants “polyhandicapés” ou atteints de troubles autistiques, le chien d’accompagnement social pour des professionnels de santé, le chien de détection de crise d’épilepsie et, pour finir, le chien d’accompagnement judiciaire actuellement en phase expérimentale. Cette formation spécifique, intégralement prise en charge par Handi’Chiens, représente un certain coût. “Pour pouvoir former un chien, l’association a besoin de 15.000 euros” précise le bénévole charnozien. Les fonds récoltés proviennent essentiellement des dons, legs, manifestations solidaires, mécenes, Téléthon, l’association Les Bouchons d’amour qui recycle les bouchons en plastique… Afin de faire connaître Handi’Chiens et sensibiliser le public à sa cause, Christophe Brun participe depuis trois ans au Téléthon sur Balan. L’an passé, il a effectué une journée de démonstration à l’école primaire du Champ de Foire de Meximieux. En septembre dernier, il a aussi participé au forum des associations charnoziennes. “Beaucoup m’ont demandé où ils pouvaient déposer leurs bouchons. En accord avec la mairie, des containers de récolte seront bientôt installés au village” conclut-il.

Plus d’infos auprès du centre Handi’chiens Lyon au 04-78-87-63-93 ou www.handichiens.org/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here