Nicole Bourjon, responsable de la bibliothèque

Culture

0
153

C’est désormais presque la rentrée, et petit à petit, les associations reprennent leurs activités courantes. À Chazey, Nicole Bourjon, responsable de la bibliothèque, évoque avec nous le fonctionnement de cet espace culturel qui offre un fonds de 4.500 ouvrages, et annonce quelques projets. Rencontre.

Nicole Bourjon, vous êtes à la tête de la bibliothèque depuis déjà longtemps. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je suis originaire de l’Isère, mais je suis arrivée dès 1978 à Chazey et depuis 1980 j’occupe ce poste de responsable de la bibliothèque. Cela s’est fait un peu par hasard. Une personne qui s’occupait déjà de celle-ci lorsqu’elle était encore dans la salle du moyen âge, est venue me chercher. J’ai dit oui, car je suis moi-même une grande lectrice.
Vous avez sans doute pu suivre l’évolution des habitudes de lecture. Quel est aujourd’hui le nombre d’adhérents à la bibliothèque de Chazey ?
Nous sommes une quarantaine environ. Nous parvenons à maintenir une proximité avec des parents, qui viennent parfois avec leur enfant ou même leur bébé. Le déménagement dans une nouvelle salle depuis janvier, semble faire évoluer le profil des lecteurs qui nous rejoignent. Nous sommes neuf membres à nous relayer pour les permanences et toute la gestion que cela nécessite.
Pourquoi ce déménagement ?
La bibliothèque se trouvait toujours dans la salle du Moyen âge, en haut, depuis sa création en 1978 par le maire actuel René Dulot. L’accès aux personnes à mobilité réduite devenait compliqué, et les locaux exigus et défraîchis. Là, nous avons emménagé dans les anciens locaux de l’école, et après des travaux de rénovation effectués en partie par Franck et Ludovic, nous avons un espace plus clair, plus confortable. Nous avons également investi dans du mobilier et des ouvrages. Mais il nous reste encore des petites choses à faire pour que tout soit parfait, comme créer des sanitaires adultes, tailler les arbres de la cour, aménager le préau pour qu’il soit plus accueillant et faire du rangement. J’aimerais que lorsqu’il fait beau, les lecteurs puissent venir dans la cour, dans un espace agréable, et il faudrait peut-être rajouter des chilianes (petits transats) et faire encore quelques aménagements. Ces nouveaux locaux ont l’avantage d’être au cœur du village et à proximité de la mairie.
Pensez-vous cependant que l’ouvrage papier a encore un avenir à l’époque du tout numérique ?
Oui. En ce qui me concerne, et c’est l’avis de beaucoup de nos lecteurs, nous aimons nous imprégner du livre, de son odeur, de sa texture. La relation avec l’ouvrage est unique et on adore le dévorer ainsi. Un livre a une vie, une âme, on pense à ceux qui l’ont parcouru avant, on imagine leur ressenti. Et puis il y a le fait de se rendre dans les librairies, échanger avec des lecteurs sur tel ou tel ouvrage…On peut aussi transmettre tout cela à nos enfants et nos petits-enfants. Je pense que le livre papier a encore beaucoup d’avenir.
De façon pratique, comment fonctionne la bibliothèque municipale ?
Nous disposons de plus de 4500 ouvrages, 1/3 pour les enfants, 2/3 pour les adultes, et pour les bébés, nous avons aussi des ouvrages imagés. La navette de Bourg-en-Bresse passe tous les 15 jours, nous passons auparavant une commande d’une vingtaine d’ouvrages et nous en préparons également à la demande. Parfois, avec le maire, il nous est arrivé d’apporter plus de 500 ouvrages à Bourg afin de faire des échanges. Tout cela demande une certaine organisation, et je ne parle pas de l’archivage, l’étiquetage et la gestion. Grâce à la bibliothèque départementale, nous bénéficions également de formations. On nous explique, par exemple, comment couvrir un livre, la gestion informatique, la lecture d’un conte, ou plus globalement comment gérer une bibliothèque. Nous sommes ouverts les mercredis et samedis de 15h à 17h, même pendant les vacances. À noter que l’adhésion est gratuite pour les habitants mais aussi pour quelques extérieurs, sachant que les places sont limitées. Chacun peut emprunter trois livres en moyenne tous les 15 jours. Notre bibliothèque sait innover en achetant chaque année une trentaine d’ouvrages sans compter les dons.
Avez-vous des projets en vue ?
J’aimerais que nous puissions organiser des après-midi dédiés aux jeux de société. Cela permettrait de sensibiliser la population à d’autres occupations, et cela permettrait d’attirer une autre clientèle. J’aimerais aussi pouvoir organiser une journée contes, et l’été, organiser des après-midi sous des parasols et des chaises longues pour permettre aux lecteurs de se détendre. Il me manquerait plus que le sable… 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here