L’AJRC veut sensibiliser les enfants à la différence

0
782

En partenariat avec l’Institut d’Éducation Motrice (IEM) Les Papillons de Villeurbanne et l’association Les Couleurs de Saint-Jean, l’Association Jeux Resto Centre (AJRC) a pris part cette année à un projet baptisé “Super Artiste”. Les explications de Julien Ramirez, responsable enfance/jeunesse et habitant/famille à l’AJRC.

Gérée par des parents bénévoles et animée par une équipe d’une dizaine de salariés, l’AJRC est une association incontournable de la vie scolaire de Saint-Maurice-de-Gourdans et Saint-Jean-de-Niost. Mais pas que. Obtenant l’agrément Espace de Vie Sociale en février 2011 par la CAF de l’Ain, cette association loi 1901 propose aux habitants, diverses activités et actions permettant de créer du lien entre chacun, et privilégiant la dimension familiale et intergénérationnelle. À ce titre, elle vient de participer cette année à un beau projet à caractère social, comme l’explique Julien Ramirez, l’un de ses responsables : “J’avais déjà mené un projet similaire lors de mon passage à la Maison de la Tour à Irigny. Arrivé sur Saint-Maurice en mars 2017, j’ai naturellement proposé la thématique du handicap. Le projet aura mis un peu moins de deux ans pour aboutir. Il fallait trouver le support et les partenaires pour mettre en place la rencontre des publics “enfants de l’accueil de loisirs” et “personnes en situation de handicap”. Pour le support, nous avons répondu à l’appel à projet de la Biennale Hors norme “Le jour d’avant et le jour d’après”. Grâce à Fatiha Fedlaoui, animatrice au sein de l’Institut d’Éducation Motrice (IEM) Les Papillons de Villeurbanne et référente de ce projet au côté de Lisa Ribière, nous sommes rentrés en contact avec cette structure. Le troisième partenaire est l’association d’adultes Les couleurs de Saint-Jean”. Concrètement, cinq enfants de l’accueil de loisirs buyatin, cinq adhérents des Couleurs de Saint-Jean et cinq jeunes adultes en situation de handicap ont peint cinq toiles à la peinture acrylique. Le tout forme cinq œuvres artistiques à trois mains : un enfant, un adulte et un jeune en situation de handicap. “Le but est que l’art serve à la rencontre des différents publics et favorise l’acception des différences” conclut Julien Ramirez.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here