Une quinzaine d’infractions relevées lors de l’opération de prévention au passage à niveau

Sécurité

0
792

Les passages à niveau constituent un carrefour singulier potentiellement source de risques. C’est pourquoi l’État, SNCF Réseau et ses partenaires s’associent, depuis plus de 10 ans, pour mener des actions de sensibilisation aux risques et au respect du code de la route lors de la traversée des passages à niveau. Une opération était menée jeudi dernier à proximité de l’un des passages à niveau les plus accidentogènes de la région : celui de St-Denis-en-Bugey.

La douzième journée nationale de sensibilisation au franchissement des passages à niveau s’est déroulée jeudi dernier, notamment à St Denis en Bugey. L’objectif était de sensibiliser les automobilistes, mais aussi les piétons, en leur rappelant les règles à respecter à l’approche des passages à niveau, notamment lorsque le feu rouge clignote. Pour cela, des agents SNCF étaient déployés des deux côtés du passage à niveau afin de distribuer des prospectus qui rappelaient la conduite à tenir. Ce fut l’occasion de renouveler quelques messages de prévention, et notamment la nécessité de bien respecter la signalisation de “l’arrêt le plus important de la journée”. Malgré la multiplication des opérations de ce type ces dernières années, il a été constaté que certains n’ont pas changé de comportement. Plusieurs infractions ont été constatées, certains automobilistes n’hésitant pas à franchir le passage à niveau malgré le feu clignotant et les barrières qui s’abaissent. Un automobiliste a même été vu en train de zigzaguer entre les barrières, prenant ainsi des risques inconsidérés pour sa vie, mais aussi pour les usagers du train qui arrivait…
Ici, 162 trains de voyageurs et de fret passent quotidiennement, 3500 véhicules par jour, et environ 130 piétons et 150 vélos. Ce passage à niveau a déjà été le théâtre de plusieurs drames, et à ce titre il est inscrit prioritairement au programme national de sécurisation. Florence Pierreville, responsable communication externe à la SNCF, s’est efforcée d’expliquer que la mise en place de nouveaux aménagements prend cependant du temps. Les études doivent être pertinentes et il faut réunir les fonds. Un délai qui en exaspère certains ici, à commencer par le maire Pascal Collignon, alors qu’aucune date de travaux n’est encore annoncée. Alors que la SNCF soutient que les choses devraient évoluer en 2019, le premier magistrat de St-Denis-en-Bugey est très sceptique. “À ce jour, je n’ai pas connaissance d’une quelconque étude qui devrait être menée. Il faut savoir que le réaménagement devrait coûter environ 10 millions d’euros, 50% étant à la charge de la SNCF et le reste pour la collectivité. Un nouveau rapport est sorti début mai. Il fait allusion à la généralisation des radars aux passages à niveau, avec l’abaissement de la vitesse de circulation de 20 km/h lors des franchissements. Il est sûr que si un radar avait été en fonction, le nombre d’infractions relevées aurait été important ce jeudi…”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here