La municipalité et les gendarmes recherchent des référents

Lutte contre la délinquance

0
957

Afin de renforcer le dispositif de surveillance déjà composé de 66 caméras positionnées sur l’ensemble de la commune, et les rondes menées jour et nuit, la municipalité de St-Vulbas va s’associer aux services de la gendarmerie de Lagnieu, afin de mettre en place le dispositif de Participation citoyenne. Explications.

Marcel Jacquin, premier magistrat de St-Vulbas, a accueilli la vingtaine d’habitants venus pour assister à une réunion destinée à expliquer les modalités de mise en œuvre du dispositif de Participation citoyenne. En préambule, il a rassuré les habitants en expliquant que la commune était tout de même relativement épargnée par la délinquance et le vol malgré quelques incidents. Il est vrai qu’avec pas moins de 66 caméras sur son territoire, St-Vulbas n’incite pas tellement à transgresser les lois. On peut cependant noter un fait divers assez perturbant survenu au mois de mars dernier, avec la séquestration d’un couple d’octogénaire à leur domicile au hameau des Gaboureaux. Un acte qui effrayé un certain nombre d’habitants.
C’est le major Serge Blois, commandant de la brigade de Lagnieu, qui a présenté les termes de ce nouveau projet de lutte contre la délinquance. Il a rappelé que dans le département de l’Ain, 110 protocoles du même type ont été signés, depuis le premier à Château Gaillard en 2012. Ce dispositif est encadré par l’État, par le préfet, la gendarmerie et le maire. Le Major a expliqué que la mise en œuvre est possible, seulement si des habitants acceptent de s’impliquer en tant que “référents” pour la commune. Leur mission consiste à faire remonter à la gendarmerie tous les signalements de véhicules ou d’individus suspects ou même les démarcheurs douteux… Le dispositif de Participation citoyenne, c’est aussi une incitation à la surveillance mutuelle des habitations en l’absence des occupants, avec un rôle d’information et prévention auprès de la population. “Si la sécurité de la population relève de la responsabilité de l’État, il n’en demeure pas moins que chaque citoyen doit y contribuer et ils sont les alliés des forces de l’ordre”, tout cela, évidemment, sans pour autant tomber dans les travers de la délation ou le règlement compte entre voisins. Les informations collectées par la gendarmerie sont triées, analysées, et doivent être pertinentes. Et surtout, quoi qu’il arrive, le référent n’a absolument pas vocation à se substituer aux forces de l’ordre. Il s’agit, pour résumer, d’avoir un œil averti et de signaler tous les éléments paraissant suspects. Quelques conseils de bon sens ont été rappelés par le major Blois, à commencer par la nécessité de rester vigilant soit même dans les comportements de tous les jours, en ne laissant pas les clés sur sa voiture même dans sa cour, fermer sa porte à clé, refermer son portail quand on part, ne pas laisser d’inscription de nom et d’adresse sur les porte-clés, et surtout pas de clé sous le paillasson… Petit avertissement également à l’attention des utilisateurs des réseaux sociaux, sur lesquels il convient de ne pas divulguer publiquement ses dates de vacances. Et la période estivale approchant, le major a enfin rappelé quelques consignes connues de tous mais pas toujours appliquées, comme de ne pas laisser sa boite aux lettres pleine et faire relever son courrier par un ami ou voisin, ne pas donner des signes absences, et si on peut, confier ses clés pour que quelqu’un vienne ouvrir les volets. Il est aussi possible de mettre une radio en route à heures fixes avec un programmateur, et surtout, ne pas hésiter à souscrire au dispositif gratuit de la gendarmerie “Tranquillité vacances”, lors de déplacements prolongés. Une surveillance sera alors mise en place avec des rondes régulières auprès du domicile concerné. Pour terminer, le représentant de la gendarmerie lançait un appel aux volontaires. Certains, dans la salle, ont déjà manifesté leur volonté d’occuper cette fonction de référent. Un point sera fait début juin sur le nombre d’inscriptions de référents que comptera la commune de St-Vulbas. Il en faudra aussi à Marcillieux et aux Gaboureaux pour finaliser et signer le protocole..

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here