Walter Petrizzo, l’artiste aux mille facettes

Salon des arts

0
52

Il y a eu encore beaucoup de visiteurs pour le 15ème Salon des arts organisé par la PaleIlette des arts, avec un panel d’artistes et d’œuvres d’une grande qualité.Parmi ceux-là, Walter Petrizzo qui a reçu le Prix de la municipalité pour son surprenant travail de sculpteur.

Pendant deux jours, Ambronay a rassemblé 70 artistes venus exposer leurs œuvres. Un événement, qui de part la qualité des créations présentées, séduit chaque année un large public. Ce fut encore le cas, puisque de très nombreux visiteurs, passionnés d’art ou simples curieux, ont franchi le seuil de la salle polyvalente.
Ils ont pu déambuler entre les sculptures, les peintures, aussi bien à l’huile, que des aquarelles, des pastels, des tableaux à la craie ou au fusain… et bien d’autres créations tout à fait originales. Et comme à chaque édition, au cours de ces deux jours des prix ont été attribués aux 8 artistes dont les œuvres ont particulièrement retenu l’attention du jury
Parmi ces artistes honorés, Walter Petrizzo, un homme “multi facettes” pourrait-on dire, qui s’est immiscé dans la création artistique en étant tout d’abord attiré par la peinture figurative et abstraite, privilégiant l’émotion et l’instantané.
Né en 1958, de parents originaire du Frioul et de Vénétie, ce peintre et sculpteur chalonnais profite désormais de sa retraite pour vivre pleinement sa passion pour l’art. Autodidacte de la peinture, adepte de la technique Alla Prima (premier coup), Walter Petrizzo peint depuis son enfance. Sa première exposition a eu lieu alors qu’il n’avait que 20 ans à la Tour Saint-Nicolas de Paray le Monial.
Depuis, le peintre coloriste, qui définit sa peinture comme “un entre-deux entre le réalisme et l’abstrait” a fait du chemin. Une trentaine d’expositions en Allemagne, en Italie et en France, un prix de la peinture au Salon de l’Académie d’art de Macon, un 2ème prix d’acrylique en 2014 au Salon international de la peinture de Zillisheim… C’est un artiste qui a su aussi puiser dans son parcours professionnel son inspiration et sa technique “faite d’imprévus et d’instantanés”.
Son métier d’infirmier spécialisé l’a en effet conduit à pratiquer l’art thérapie avec des enfants et des adolescents, et aujourd’hui il reconnaît que les enfants lui ont beaucoup appris, notamment sur l’art de laisser aller son inspiration. “Les dessins et les peintures d’enfants, c’est ce qu’il y a de plus beau. Ils dessinent les choses telles qu’ils les voient, les pensent, sans artifice, sans être formatés”.
C’était sa première participation au Salon des Arts d’Ambronay où il a présenté une série de sculptures en noir et blanc aux titres évocateurs. Des moines moustachus en raku, dont la rondeur, la bonhomie et l’humour en mouvement juchés sur des engins improbables (en métal et toile) sont irrésistibles. Ils lui ont permis de recevoir le prix de la municipalité en sculpture.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here