Des fresques signées Y?Not ont commencé à fleurir en Gare

Quartier Gare

0
782

Le quartier Gare est en train de s’embellir avec le projet de réalisation de plusieurs fresques. Une commande de la commune passée à un street artiste de Bourg, Y?Not, et réalisée avec le concours d’enfants d’Ambérieu.

Le petit square Normandie-Niémen au coin des rues Painlevé et Bravet est en plein chantier actuellement avec la réalisation d’une fresque. C’est Y?Not, Tony dans la vraie vie, qui est en train de composer cette œuvre, un jeune street artist de Bourg dont le style mêle graffiti et typographie avec des accents pop issus d’une large palette de couleurs. Sa renommée commence à monter en puissance grâce à plusieurs fresques réalisées à Bourg, mais aussi Lyon, Saint-Etienne et Marseille. A Ambérieu, il a déjà œuvré en réalisant il y a quelques mois la fresque dédiée au Petit Prince peinte sur le transformateur au coin des rues Painlevé et Saint Exupéry. Une peinture d’ailleurs plutôt bien réussie.
L’artiste a répondu à une commande de la commune qui souhaitait égayer plusieurs secteurs du quartier Gare. Il a donc réalisé selon les directives données par la commune et après validation de son croquis, la fresque du transformateur du Petit Prince et celle du square Normandie-Niémen. Il ira ensuite décorer le transformateur du quartier de l’Albarine et aussi celui de la rue Sarrail, à proximité du chantier de construction du nouveau siège de l’entreprise Oogarden.
Pour le square Normandie-Niémen qui va être réaménagé avec, notamment, l’installation d’une cabane à insectes, la commune a souhaité un motif bucolique, avec fleurs, colibri et insectes. C’est le conseil citoyen des Courbes de l’Albarine qui est à l’origine de ce projet de réhabilitation de ce square, un souhait exprimer afin de conserver un peu de verdure dans un quartier promis à de profondes transformations urbaines. Un avion a aussi été peint afin de rappeler le nom du square qui rend hommage au régiment de chasse Normandie-Niémen, descendant du fameux groupe de chasse créé en 1942 et qui avait été engagé en Union soviétique sur le front de l’Est. C’est pour cette raison qu’il porte le double nom de Normandie, la région française, et de Niémen, un fleuve de l’ex-Union soviétique. Ce régiment de l’armée de l’air a acquis une grande estime auprès des Russes, qui, depuis, viennent fleurir régulièrement les tombes des pilotes français inhumés sur place.
Pour les autres transformateurs, celui du quartier de l’Albarine sera décoré avec une autre fresque bucolique inspirée de l’Albarine, avec rivière et son pêcheur notamment, et celui de Sarrail, proche du projet d’Îlot des Savoirs qui prévoit notamment des activités du tertiaire et de la formation, c’est le thème de l’innovation qui était imposé. Un thème pas facile à traiter, Y?Not s’est donc creusé la tête et a eu l’idée de dessiner un pendule à mouvement perpétuel mais en remplaçant les billes par des ampoules. C’est que dans ce quartier des savoirs, les idées devront être en perpétuel mouvement…
Ce projet artistique est accompagné d’un projet pédagogique d’initiation à l’art avec des enfants d’Ambérieu. D’une part, les enfants du centre social apprêtent les vieux murs afin qu’il y ait une bonne sous-couche pour que la peinture à bombe utilisée par l’artiste pour ses fresques accroche bien. D’autre part, une classe de l’école Jean Jaurès sera également présente le 12 avril, le jour de l’inauguration, pour remplir les parties laissées vides à l’aide de pochoirs.
Ils pourront ainsi s’approprier cette nouvelle fresque qu’ils pourront voir tous les jours sur le chemin de l’école.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here