Peu de contributions sur le cahier de doléances

0
26

Mis en place durant l’ancien régime au XIVème siècle pour faire remonter les vœux des assemblées auprès du roi, les cahiers de doléances ont été remis au goût du jour au XXIème par l’association des maires de France suite au mouvement des Gilets jaunes, et encouragés par le président Macron pour qu’ils contribuent au grand débat national qu’il a lancé.

A Lagnieu, le cahier de doléances mis à disposition des habitants en mairie n’a pas attiré les foules… Depuis décembre, il a seulement recueilli l’avis de 15 personnes au mardi 5 février midi, couché en quelques lignes ou listé sur une pleine page, recto et verso. A première vue selon les remarques, plus de 90% des doléances proviennent de retraités, ce que confirme le personnel à l’accueil de la mairie, les autres tranches n’étant quasiment pas représentées. Ce qui tend aussi à fausser les données censées être recueillies auprès de l’ensemble de la population pour une bonne représentativité.
La fiscalité et la pression sur les retraites se classent en première position des remarques faites par les Latiniçois. Le rétablissement de l’ISF arrive en têtes des vœux exprimés, juste devant l’amélioration de la justice fiscale et sociale, et la lutte contre l’évasion fiscale. Pour les retraites, la suppression de la CSG et l’indexation des pensions sur l’évolution du coût de la vie font partie des premiers souhaits. La politique et la représentativité politique arrivent ensuite dans les priorités, pour réclamer d’abord la prise en compte des votes blancs, puis la suppression du Sénat (et de l’ENA aussi pour une personne). La mise en place d’une proportionnelle intégrale dans les élections et également réclamée pour une meilleure représentativité. A noter que près d’un quart des personnes qui ont participé à Lagnieu à ce genre de consultation veulent aussi que le Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) soit instauré pour redonner plus de pouvoir au peuple.
La réduction des dépenses de l’Etat, la hausse du pouvoir d’achat, la suppression de la limitation à 80km/h et la baisse de la TVA sont aussi quelques points de revendications communes, mais à moindre échelle que les précédentes. Le rétablissement de la peine de mort pour les assassins d’enfant, des maisons de retraite moins chères, l’adoption d’un budget national “raisonnable” pour l’accueil des migrants et la suppression du droit du sol et du regroupement familial, la nationalisation de l’eau et de l’électricité, l’instauration d’une prime pour les donneurs de sang ou d’organes et pour les familles de défunt, l’abrogation du mariage pour tous ou l’arrêt de la vente d’armes à l’Etranger, sont quelques-unes des revendications éparses. A Lagnieu, un “collectif de petits patrons et artisans antenne de Lagnieu” d’après son nom, a également pointé du doigt la fiscalité qui pèse sur les TPE, et un particulier a même profité de cette consultation pour demander si elle allait vraiment être utile à quelque chose où s’il ne s’agit pas plutôt d’une “fumisterie” comme il l’a écrit…
Presqu’un inventaire à la Prévert, mais avec plusieurs points de convergence, qui sera remonté à Paris pour faire part au gouvernement de ce qu’attendent les Français.
Seront-ils effectivement écoutés ?
En tout cas, le cahier des doléances restera jusqu’au 15 mars à disposition à l’accueil de la mairie de Lagnieu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here