L’humoriste Olivier de Benoist à l’affiche de l’Espace 1500 en février

0
15

Il parle fort et fait très souvent preuve d’une misogynie de mauvaise foi avec des vannes sur sa belle-mère et sa mère. D’ailleurs, celle-ci existe bel et bien comme on le verra…L’humoriste Olivier de Benoist sera à l’affiche de l’Espace 1500 le 9 février pour son spectacle “O/40”.

Olivier de Benoist, vous viendrez pour la première fois à Ambérieu le 9 février pour jouer votre spectacle “0/40”. Êtes-vous déjà venu en représentation dans l’Ain ?
Je ne me souviens plus précisément, vous savez, j’ai fait 230 dates avec ce spectacle. Mais je me souviens être venu à Belley dans une très jolie salle de 1.000 places.
Vous êtes issu de l’aristocratie belge et juriste de formation, mais vous faites un métier de saltimbanque. C’est peu commun…
C’est assez périlleux effectivement. J’ai un pedigree belge, c’est vrai, mais je suis français. Ça a été un long chemin en étant artisto, ma famille fait plutôt des généraux. J’ai mis du temps avant de franchir le pas. Au départ, je ne voulais pas forcément faire du one man show, je voulais travailler à deux mais je n’ai pas trouvé de partenaire. Alors j’ai commencé à faire des one man show sans le savoir. J’ai débuté comme magicien et j’ai commencé à faire rire en plantant des tours. J’ai aimé ce rapport au public. C’est ce qui a donné “Haut débit” (son premier one man show. N.D.L.R.), “Très haut débit” puis “Très très haut débit”.
(A ce moment de l’interview téléphonie, fait extraordinaire, nous sommes interrompus par l’épouse d’Olivier de Benoist, pour une histoire de clef semble-t-il…)
Votre femme existe vraiment ! Et elle supporte les blagues misogynes que vous faites à son sujet dans vos spectacles ?…
Ah mais chez moi c’est moi qui suis sous la contrainte, je vis un calvaire, je suis attaché au radiateur ! C’est vrai que j’ai un peu ce côté Colombo, genre “m’a femme m’a dit…”. Les gens savent que je suis marié et c’est pour ça que je me permets d’en rire.
De quoi parle votre spectacle “O/40” ? De tennis ? Il paraît que vous avez changé et que vous ne faites plus de vannes sur votre femme et votre belle-mère…
Oui et non. J’ai surtout appris qu’on pouvait faire des vannes avec d’autres mots ! “O/40”, c’est de 0 à 40 ans et aussi pour le rythme du spectacle : 15/0, 15/40, etc. Et oui, j’aime le tennis. Ceux qui voudront autre chose auront autre chose dans ce spectacle, mais je fais aussi quelques rechutes en parlant de ma femme… Je parle de mon adolescence, de ma jeunesse, jusqu’au bilan de la quarantaine. C’est un spectacle très rythmé, il plaît beaucoup. Les gens voient beaucoup de one man show à la télé, je dois avoir du répondant.
Vous terminez la tournée de “0/40”, avez-vous l’écriture d’un nouveau spectacle comme projet ?
Un nouveau spectacle est en cours d’écriture, mais il n’a pas encore de titre. Je suis obsédé par le fait de faire rire tout le monde. J’ai quatre enfants aujourd’hui, c’est un sujet. D’autres m’interpellent aussi.
Pour conclure, LA question que l’on pose à tous les humoristes : peut-on rire de tout ?
Oui et c’est sans négociation possible. Mais peut-on rire de tout car on en a le droit ? Pour moi, non.

Crédit phot : Pascal Ito.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here